COMMUNIQUE DU PCN-NCP

Mardi 13 avril 1999


Les cinq mensonges de la guerre en Yougoslavie



Le premier mensonge consiste à dire que l’OTAN et les Etats-Unis attaquent la Yougoslavie parce que le gouvernement de Belgrade et son président Slobodan Milosevic ont refusé de négocier aux « pourparlers de paix » de Rambouillet et de Paris sur le Kosovo. La réalité est qu’il n’y a eu aucune négociation, seulement un ultimatum présenté par le gouvernement américain au gouvernement yougoslave en trois points :

1. Attribution au Kosovo d’un statut d’autonomie.

2. Déploiement de 30.000 hommes des troupes de l’OTAN pour assurer l’autonomie .

3. Organisation d’un référendum sous le contrôle de l’OTAN pour l’indépendance du Kosovo d’ici les trois ans.

Le gouvernement yougoslave a consenti à la première condition, et a repoussé la seconde et la troisième ne pouvant accepter une violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du pays. Se soumettre à une occupation militaire étrangère ou être bombardé, quel pays peut-il accepter cela?!

Le second mensonge est de désigner la Yougoslavie comme l’agresseur dans ce conflit. La vérité est qu’il se trouve qu’il n’y a jamais eu de soldats, avions ou bateaux yougoslaves attaquant un autre pays. Le conflit du Kosovo est une question interne. Par contre la Yougoslavie de 10 millions d’habitants est aujourd’hui attaqué par 19 pays de 500 millions d’habitants et cela sans déclaration de guerre, sans mandat de l’ONU, en violation de sa Charte, et du Droit international.

Le troisième mensonge relève de la propagande pure et simple. Après Saddam Hussein, Slobodan Milosevic serait le Nouvel HITLER. Son gouvernement un régime dictatorial. Et le touti quanti habituel des média au service de la propagande du Pentagone. Pour faire pleurer dans les chaumières, les média aux ordres nous montrent les souffrances (réelles) des albanais, pendant que les autres victimes yougoslaves sont sciemment ignoré. On nous annonce en grande pompe la mort du leader pacifiste Rugova et de son adjoint. Mais le lendemain, il fait une conférence de presse à Pristina et appelle à l’arrêt des bombardements de l’OTAN sur la Yougoslavie. Etc…

Rappelons que le gouvernement yougoslave se base sur une coalition parlementaire car le parti du président Milosevic n’y détient pas la majorité. Président et parlement issus d’élections démocratiques ! C’est vraiment le style d’une dictature, n’est-ce pas ? ! Quant au délire soi-disant nationaliste de Slobodan Milosevic, rappelons également tout de même qu’il a été l’un des plus farouche opposant à la dislocation de la Yougoslavie d’avant 1991. Mais cela compte peu pour les journaleux aux ordres.

Alors que l’UCK terroriste ne représente que les paumés du maoïsme sectaire travaillant comme d’habitude avec les américains. Hier, c’était contre l’Union Soviétique, aujourd’hui contre la Serbie. Dans tous les cas contre l’Europe.

Le quatrième mensonge est le plus hypocrite. Le centre des préoccupations des Klinton, Albright, généraux de l’OTAN, et autres putains européennes de l’Amérique, serait les souffrances de la population kosovars albanaise subissant le soi-disant nettoyage ethnique serbe.

Mais faut-il rappeler que les Etats-Unis, l’Allemagne et autres Kollabos de l’OTAN ont joué un rôle clé dans la dislocation de la Yougoslavie en 1991-1992 en armant et soutenant les mouvements sécessionnistes. Après 45 années de paix en Yougoslavie, le résultat a été une horrible guerre civile au cœur de notre continent.

Et le plus grand acte de purification ethnique qui a eu lieu a été le déplacement forcé des 100.000 serbes de la région de Krajina en Croatie en 1995. Y avons-nous entendu à cette époque la dite communauté internationale protestée ? Non ! Est-ce parce que la guerre contre les serbes en Croatie a eu lieu sous la direction d’officiers américains sous le vocable habituel de conseillers militaires ?

Les larmes de crocodile de Clinton et des putains européennes de l’Amérique ne trompent personnes. Les préoccupations américaines sont bien sélectives. Mais ce n’est pas surprenant venant d’un pays (si on peut le nommer comme ça) qui est né sur le génocide de ses populations autochtones.

La guerre de Yougoslavie n’est pas plus une guerre ethnique que religieuse. Il ne s’agit pas de chrétiens contre des musulmans. Les soutiens de l’Irak et de la Libye, pays aux populations majoritairement musulmanes, sont là pour le prouver.

Non, il s’agit d’une guerre américaine pour des intérêts américains contre l’Europe. Le véritable objectif des Américains est de soumettre totalement et une fois pour toute le reste de la République Fédérale de Yougoslavie. Car Belgrade, c’est le cœur de l’Europe et le dernier allié de la Russie. Et l’on ne peut comprendre l’attitude des gouvernements européens que par l’inexistence d’un pouvoir politique unitaire fort et la soumission des classes politiques à l’impérialisme américain.

Alors lorsque nous entendons à Londres certains journaux se faire l’écho des plans d’invasion du Kosovo prévoyant une force d’au moins 60.000 hommes qui serait lancée après une campagne aérienne "d’une intensité sans parallèle", nous ne pouvons que réagir vivement face à la guerre impitoyable que nous préparent les chefs militaires du Pentagone. Sous le titre "La guerre de quatre ans", le Sunday Express écrit ainsi que l’OTAN se prépare à un conflit aussi long que la Seconde Guerre mondiale.

Et bien, nous aussi préparons-nous à la guerre ! Et nous lançons cet appel solennel : Que le premier mercenaires de l’OTAN pose le pied en Yougoslavie, et nous nous considérerons alors comme des volontaires pour combattre à côté de nos frères yougoslaves contre l’OTAN, pour l’Europe.

Face à la guerre américaine, Vive les Brigades Européennes !

Fabrice BEAUR, membre du Bureau politique européen du PCN.

spintri.gif (1415 bytes)

retour à la page précédente