FRONT TRANSNATIONAL

De Moscou à Tripoli, l'action transnationale du PCN.
From Moscow to Tripoli, PCN-NCP' Transnational Action

- Retour -

SEBHA (LIBYE) – DU 28 FEVRIER AU 1er MARS 2007 :
LUC MICHEL CONFERENCIER AU VIe COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LA « DEMOCRATIE DIRECTE
ET LA PENSEE DE MOAMMAR KADHAFI »
 

- Bientôt les photos -

 

© Service de Presse PCN-NCP / Tous droits réservés / Pas de reproduction de cet article sans notre accord.

A Sebha, en présence du guide de la Révolution, la VIe rencontre internationale sur la Démocratie directe et la pensée de Moammar Kadhafi s’est tenue, sous le thème de « la démocratie au XXIe siècle : 30 ans du pouvoir du peuple ».

Cette rencontre s’est déroulée dans cette ville historique et combattante, à savoir Sebha, qui vit naître le pouvoir du peuple et la naissance de la première Jamahiriya dans le monde (ville du Sud Sahara libyen où les premières cellules de l’Organisation révolutionnaire de Kadhafi ont été organisées). 

« Saddam Hussein est un martyr et un saint, il est meilleur que tous les dirigeants arabes vivants », a déclaré Kadhafi dans un discours antioccidental et anti-impérialiste au cours de ce Colloque sur « La crise de la démocratie dans le monde »

Le Colloque était organisé par le « Centre mondial pour l’Etude et la Recherche du Livre Vert sur la pensée de Moammar Kadhafi ».

Des chercheurs intellectuels  et des professeurs d’université  de différents pays du monde, ont pris part à ce VIe Colloque international. Le Coordinateur du Comité Scientifique de la Réunion a indiqué que des intellectuels, des scientifiques politiques et des chercheurs universitaires de toutes les parties du monde sont venus y débattre de la Démocratie Directe.

Parmi les nombreux participants:  l’Analyste Stratégique américain, Richard Murphy (ancien Assistant du Secrétaire d’Etat américain), qui était accompagné d’une délégation de chercheurs américains – Le Chef de l’Académie de l’Education et des Sciences d’Ukraine, l’ancien Ministre de l’Education ukrainien et une délégation de Professeurs de Droit en Ukraine – Une délégation de Professeurs d’université de la République tchèque – Une délégation de Professeurs d’université de Syrie et des universitaires irakiens vivant en Syrie – l’ancien ambassadeur de France à Tripoli M. Graf et l’ancien ministre des affaires étrangères français Roland Dumas. Le Coordinateur du Comité a indiqué que parmi les universités qui participaient à cette réunion il y avait les Universités britanniques de Cambridge et d’Oxford et nombre d’Universités  américaines.

Outre un millier d’observateurs, 300 penseurs et universitaires – dont Luc MICHEL pour le MEDD et le CEREDD (les Centres d’Etudes et de Recherches Européens sur la Démocratie Directe – Bruxelles, Paris et Sofia) – prenaient part directement à cette rencontre.

Trois thèmes principaux (*) ont été discutés :

-         Le premier thème traite du développement des théories démocratiques par l’ancien raisonnement philosophique et les idées de l’ère des lumières,

-         Le second thème examine les expériences et les modèles de démocratie dans les deux expériences, la  libérale et la marxiste.

-         Tandis que le troisième thème discutera des Perspectives de Démocratie et des changements internationaux et de l’impact du progrès technique (Administration électronique) du Congrès populaire électronique et des conceptions de mondialisation qui influencent les décisions.

 

Luc MICHEL devait en particulier présenter deux interventions dans le cadre de ce Colloque international sur la Démocratie Directe et la pensée de Moammar Kadhafi « LA CRISE DE LA DEMOCRATIE DANS LE MONDE » organisé du 28/2 au 1/3/2007 à Sebha, en présence d’un millier de participants – dont de nombreuses personnalités – venus des quatre continents :

-         La première sur la « Démocratie directe en Europe : théories et praxis. Une vieille idée qui est l’alternative du XXIe siècle »,

 

-         La seconde sur « Le Système démocratique de la « Pridnestrovie », la « République moldave de Transnistrie » : Une nouvelle expérience de Démocratie directe en Europe de l’Est ».

 

Le directeur de l’AMPHITHEATRE VERT – l’organe universitaire qui dirige les recherches sur le « LIVRE VERT » –, le docteur Redjeb Aboudabousse, a présenté le guide de la révolution, qui devait prendre la parole devant les participants à ce Colloque.

Aboudabousse a affirmé que le guide Moammar Kadhafi n’a pas besoin d’être présenté, car ceux qui ne l’ont pas rencontre en personne, ont croisé certainement ses préoccupations et ses conceptions dans la Troisième théorie universelle, qui prône que les peuples doivent atteindre le stade de sa maturité pour qu’ils s’autogouvernent.

Aboudabousse a affirmé aussi que le « LIVRE VERT » a bien montré la voie de la vraie Démocratie, la Démocratie populaire directe et aussi la justice sociale. Il y a maintenant 30 ans, le peuple libyen, a opté pour cette voie en vue d’ouvrir une Ere nouvelle guidée par le « Livre vert ».

Au cours de la séance d’ouverture de ce VIe Colloque, le guide a pris la parole en s’adressant aux participants, venus des quatre coins de la planète.

Moammar Kadhafi a mis l’accent sur les questions dangereuses dans le monde qui exigent des intellectuels, des chercheurs et des savants de les examiner et de trouver leurs solutions.

Le guide a précisé que la présence de ceux-ci qui s’intéressent à la situation politique, économique et sociale que vit le monde aujourd’hui, montre bien qu’il existe encore dans ce monde des gens qui représentent la Conscience humaine et nous donnent l’espoir qu’il y existe des personnes qui tentent de conjuguer leurs efforts pour résoudre la crise qui sévit dans le monde.

Kadhafi a  abordé les thèmes de la crise politique, économique, sociale et morale que vit le monde d’aujourd’hui.

Cette crise qui a rendu le monde insatisfait car l’Humanité et les classes dominées supportent la crise économique due à l’accumulation de la richesse aux mains de minorités. Les peuples supportent une crise politique car le pouvoir est aussi aux mains de minorités. La majorité est exploitée pour donner a ces minorités une fausse légitimité.

Kadhafi a souligné que les aspects de cette crise politique se manifestent contre ceux qui gouvernent le monde actuellement. C’est bien sur, une minorité, cela veut dire qu’environ 190 personnes seulement gouvernent six milliards d’humains. Ce qui laisse les peuples vivre dans l’insécurité et l’insatisfaction de leur vie, mais aussi à craindre pour leur avenir.

Kadhafi a fait savoir que pour résoudre les crises que vit le monde, lesquelles ont conduit aux conflits, aux affrontements, aux manifestations, aux troubles, aux effusions de sang, la Troisième théorie universelle a émergé pour présenter la solution adéquate à ces crises.

La Troisième théorie universelle a bien fourni la solution a la crise politique, qui représente le conflit pour s’emparer du pouvoir.

Il faut que le pouvoir soit au peuple et les gens doivent s’autogérer à leur façon dans chaque région, dans chaque pays, et dans chaque nation, et ce, selon leurs situations.

L’essentiel est que le pouvoir soit aux mains du peuple.

A cet égard, Kadhafi a fait allusion à l’apparition des organisations de la société civile dans le monde, qui n’est que l’expression du rejet de la forme officielle de ce monde par le biais du rejet de la théorie gouvernementale. Il a affirmé que tout le monde sur cette planète se mobilise en direction de l’idée qui dit que le peuple doit remplacer le gouvernement.

En ce qui concerne la crise économique dans le monde, qui représente le conflit causé par les richesses, le guide a mis en lumière que la Troisième théorie universelle a fourni la solution à cette crise, la richesse doit être distribuée équitablement à tout le monde et que chaque citoyen doit faire évoluer sa part sans exploitation ni monopolisation.

Durant ces deux jours, les participants à ce colloque ont pu débattre de sujets importants sur la démocratie au XXIe siècle et ce, dans une ambiance démocratique où a régné un esprit de respect de toutes les pensées et points de vue abordés et présentés avec objectivité et sagesse.

En complément de ce colloque, le 1er mars, Luc MICHEL donnait également une longue interview (en français et en arabe) à la Radio internationale « LA VOIX DE L’AFRIQUE », où il présentait la situation de la Démocratie directe en Europe et ses rapports avec l’expérience pilote libyenne.

Il devait également insister sur ce sujet méconnu – qu’il est le premier à aborder – que représente la Démocratie directe de la « Pridnestrovie », la seule expérience européenne de démocratie directe en Europe, si l’on excepte le système suisse (en pleine déliquescence).

La « VOIX DE L’AFRIQUE » est une radio internationale établie à Tripoli et qui diffuse ses programmes en 5 langues – français, anglais, arabe et les 2 langues véhiculaires africaines, le lingala et le oussa avec leurs 600 millions de locuteurs – via le satellite libyen vers l’Afrique, le Monde arabe, la Méditerranée et l’Europe, mais aussi via le satellite vénézuélien de « RADIO SUR » sur l’Amérique latine.

 

 

(*) A noter l’événement qu’a été l’organisation le 2 mars 2007 dans le cadre du Colloque de Sebha d’un DEBAT entre Moammar Kadhafi et des Chercheurs universitaires occidentaux de renommée internationale, le sociologue britannique  Anthony Giddens, le scientifique politique américain Benjamin Barber, et le journaliste de la télévision britannique BBC David Frost, dans un mouvement apparemment projeté pour pousser en avant la reprise de liens internationaux après des années  d’isolation.

JEUNE AFRIQUE (« Où est passé le « Livre vert » ? », 11 mars 2007) présente le débat :  « A sa droite, David Frost, le vétéran de la télé britannique, qui joue le rôle de modérateur. À sa gauche, le politologue américain Benjamin Barber, militant pour la démocratie et penseur de la mondialisation. Plus loin, Anthony Giddens, l’idéologue britannique de la « troisième voie » chère à Tony Blair « que Kaddafi aimerait assimiler à sa « troisième théorie universelle » (Ndlr : et dont la Social-démocratie allemande fait actuellement la version anglaise d’un « Europaische Kommunautarismus », un « Communautarisme européen » dans le sens européen du terme, tel que Jean THIRIART l’a théorisé au début des années 60 –, conçu par les idéologues du SPD comme le « socialisme européen du XXIe siècle ». Les commentateurs soulignent de nombreuses convergences entre ce « Communautarisme européen » et la « Troisième Théorie Universelle » du LIVRE VERT). En face, plusieurs dizaines de journalistes occidentaux invités. Un film réalisé par une firme américaine est projeté (…) Le débat s’engage, Baber et Giddens posent des questions embarrassantes. Kadhafi saisit son Livre vert et y cherche des réponses (…) Il parle de « réalisme » et de « pragmatisme », concède que « nous vivons à l’âge de la mondialisation » et que « la Libye ne peut rester au bord du chemin ». Le message sous-jacent est clair : oui, à l’ouverture économique ; non, à l’ouverture politique ».

Dans cette confrontation, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a défendu son système unique de 30 ans de Démocratie Directe, disant que la démocratie à l’occidentale n’était pas  appropriée à l’Afrique. Kadhafi, tenant une copie de son Livre Vert durant le débat, vanta l’idéologie au pouvoir qu’il a bien établie ici depuis trois décennies comme supérieure à la démocratie occidentale.

 

Retour - Accueil PCN-NCP