FRONT TRANSNATIONAL

De Moscou à Tripoli, l'action transnationale du PCN.
From Moscow to Tripoli, PCN-NCP' Transnational Action

- Retour -

FESTIVITES DU
« 30e ANNIVERSAIRE DU POUVOIR DU PEUPLE »
DU 26 FEVRIER AU 2 MARS 2007 :
DELEGATION DU M.E.D.D. EN LIBYE
 

- Bientôt les photos -

 

© Service de Presse PCN-NCP / Tous droits réservés / Pas de reproduction de cet article sans notre accord.

En compagnie d’une délégation venue de Bruxelles (et constituée de représentants européens, africains et arabes), Luc MICHEL représentait le MEDD (Mouvement Européen pour la Démocratie Directe) aux festivités du « 30e Anniversaire du Pouvoir du Peuple » - le système de démocratie directe libyen (*) – organisées en Libye du 26/2 au 2/3/2007.

 

LA LIBYE : 30 ANS D’EXPERIENCE-PILOTE DE LA DEMOCRATIE DIRECTE

Parlant lors du 30ème anniversaire de sa déclaration d'une Jamahiriya ou état des masses, Kadhafi a dit que la Libye embrassait la mondialisation et le monde extérieur après des années de sanctions mais a insisté [sur le fait] que son expérience de gouvernement par des réunions de municipalités était plus juste que la démocratie du bulletin de vote occidental. Le dirigeant libyen, dans ce qui pourrait marquer la politique, a également mis sa nation en garde contre l'entrée des entrepreneurs de pétrole occidentaux. Kadhafi a indiqué que l’Occident mobilisait des agents pour miner la puissance du pays et les richesses pétrolières comme il l’a fait en Irak. Il a dit que les sociétés occidentales cherchaient à contrôler la Libye. Les exportations de pétrole constituent 95 pour cent de revenus et il a indiqué que Tripoli resserrerait les restrictions aux contrats avec les compagnies pétrolières étrangères : « vous devez faire attention aux forces coloniales qui  nous espionnent et ont pour but de voler nos richesses (…) Le colonialiste devrait se rendre compte qu'il ne réalisera pas ses objectifs en Libye ».

 

A SEBHA : 6e COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LA DEMOCRATIE DIRECTE

A Sebha, en présence du guide de la révolution, la 6ème réunion internationale sur la démocratie directe et la pensée de Mouammar Kadhafi a été tenue, sur le sujet « de la démocratie au 21ème siècle : 30 ans de pouvoir  du peuple »

Cette réunion a eu lieu dans cette ville historique et combattante, à savoir Sebha (ville du Sud-Sahara libyen où furent organisées les premières cellules de l’Organisation révolutionnaire de Kadhafi), qui a vu la naissance du pouvoir du peuple et du premier Jamahiriya au monde. En plus de millier d'observateurs, 300 penseurs et universitaires – dont Luc Michel pour le MEDD et le CEREDD – ont participé directement à cette réunion.

Luc MICHEL devait en particulier présenter deux interventions dans le cadre de ce Colloque international sur la Démocratie Directe et la pensée de Moammar Kadhafi « LA CRISE DE LA DEMOCRATIE DANS LE MONDE » organisé du 28/2 au 1/3/2007 à Sebha, en présence d’un millier de participants – dont de nombreuses personnalités – venus des quatre continents :

- La première sur la « Démocratie directe en Europe : théories et praxis. Une vieille idée qui est l’alternative du XXIe siècle »,
- La seconde sur « Le Système démocratique de la « Pridnestrovié », la « République moldave de Transnistrie » : Une nouvelle expérience de Démocratie directe en Europe de l’Est ».

 

LUC MICHEL SUR « LA VOIX DE L’AFRIQUE »

Le 1er mars, Luc MICHEL donnait également une longue interview (en français et en arabe) à la Radio internationale « LA VOIX DE L’AFRIQUE », où il présentait la situation de la Démocratie directe en Europe et ses rapports avec l’expérience pilote libyenne.

Il devait également insister sur ce sujet méconnu – qu’il est le premier à aborder – que représente la Démocratie directe de la « Pridnestrovié », la seule expérience européenne de démocratie directe en Europe, si l’on excepte le système suisse (en pleine déliquescence).

La « VOIX DE L’AFRIQUE » est une radio internationale établie à Tripoli et qui diffuse ses programmes en 5 langues – français, anglais, arabe et les 2 langues véhiculaires africaines, le lingala et le oussa avec leurs 600 millions de locuteurs – via le satellite libyen vers l’Afrique, le Monde arabe, la Méditerranée et l’Europe, mais aussi via le satellite vénézuélien de « RADIO SUR » sur l’Amérique latine.

 

 

(*) Au pouvoir depuis sa révolution du 1er septembre 1969, Moammar Kadhafi a célébré en grande pompe le 2 mars 2007 le 30e anniversaire de la Jamahiriya, expérience de démocratie directe à la libyenne,  dans laquelle chaque citoyen s'implique dans la direction du pays par l'intermédiaire des Conférences populaires.

Les partisans de ce « système de masse » illustré par des congrès populaires et d'où sont exclus les partis politiques oligarchiques, estiment qu'il garantit à la population un droit de regard sur les affaires nationales et favorise la stabilité politique.

Beaucoup de Libyens estiment qu'un tel système – seule forme de gouvernement qu'aient connue la plupart d'entre eux – peut se perpétuer des années sans changements significatifs.

Arrivé au pouvoir en 1969 par un coup d'Etat militaire sans effusion de sang, Kadhafi a proclamé en 1977 le régime populaire de la Grande Jamahiriya (Etat des masses) en vue de créer une société conforme aux préceptes de son « LIVRE VERT », qui conjugue des notions issues du socialisme, du Nationalisme révolutionnaire (notamment du Jacobinisme) et du panarabisme.

Il a supprimé les grandes entreprises privées et interdit aux Libyens de s'employer entre eux, affirmant avec justesse que ce serait une forme d'exploitation.

Les réunions communautaires locales appelées « congrès populaires de base », dont les décisions sont mises en oeuvre par des comités populaires composés de partisans enthousiastes du « LIVRE VERT », prennent des décisions qui sont soumises au Congrès général du peuple via une pyramide de comités et de congrès.

Kadhafi soutient que cette structure a démontré sa valeur politique. En matière d'économie, il a opté en revanche depuis des années pour le pragmatisme.

« Les uns parlent de socialisme populaire, les autres de capitalisme populaire: c'est sans importance. Ce qui compte, c'est que la richesse soit partagée entre les gens », déclarait-il en 1994.

Des observateurs considèrent que ce pays d'environ cinq millions d'habitants a prospéré dans le cadre de la Jamahiriya. Il s'inscrit au 64e rang sur un total de 177 pays dans l'indice du développement humain des Nations unies, et l'espérance de vie y était de 74 ans en 2003, avec un degré d’alphabétisation de 92% (contre 8% avant la Révolution !). 

 

Retour - Accueil PCN-NCP