FRONT TRANSNATIONAL

De Moscou à Tripoli, l'action transnationale du PCN.
From Moscow to Tripoli, PCN-NCP' Transnational Action

- Retour -

TRIPOLI / 10-12 DECEMBRE 2005 :
TABLE-RONDE POUR DES PERSONNALITES
VENUES DE L’EUROPE FRANCOPHONE,
ORGANISEE PAR
L’ « ACADEMIE DE LA PENSEE JAMAHIRIYENNE »
 

- Bientôt les photos -

 

© Service de Presse PCN-NCP / Tous droits réservés / Pas de reproduction de cet article sans notre accord.

Du 10 au 12 décembre 2005, l’ « ACADEMIE DE LA PENSEE JAMAHIRIYENNE » organisait une table-ronde à Tripoli, dans le cadre d’un programme connu sous le nom d’ « AMPHITHEATRE VERT » (1), sous la haute coordination du Docteur Rajab Boudabbous, directeur général de l’Académie. 

L’ACADEMIE est chargée d’étudier les problèmes liés au LIVRE VERT de Moammar Kadhafi et à la Démocratie Directe. Le groupe francophone suivait de quelques semaines un groupe de personnalités russes. Initiatives entreprises dans le cadre du renforcement de la paix et de la sécurité dans le monde, et les relations de coopération entre les peuples.

Comme le rappelait pertinemment le Docteur Rajab Boudabbous (2), Directeur de l’Académie de la Pensée Jamahiriyenne – Amphithéâtre Vert, « Notre monde d’aujourd’hui se trouve confronté à des problèmes chroniques et à des défis considérables. Et si nous tenons compte de l’évolution scientifique et technique, ces menaces s’avèrent catastrophiques sur les plans politique, économique, social et environnemental. Elles mettent ainsi en doute la question du développement et alimentent la tension, la violence et l’instabilité politique et sociale pour atteindre un niveau critique jamais égalé, et ce en dépit de nos origines, de nos lieux de résidence, de nos diversités culturelles. Or, nous faisons partie de ce monde qui exige de nous un devoir de dialogue, d’échange d’expériences et de compétences dans le but de réaliser un monde meilleur qui s’adapte à la dimension humaine de l’individu. Et partant du sentiment de responsabilité morale et de la volonté de contribuer à la recherche des solutions efficaces, nous faisons part ici de notre expérience qui se base sur la Pensée Jamahiriyenne que propose MUAMAR EL GADHAFI dans LE LIVRE VERT comme matière pour dialogue au cours des tables rondes et des stages d’études sur la démocratie directe, le socialisme (des associés), les dangers environnementaux et la montée de la violence dans les relations sociales et entre pays, ainsi que les droits de l’homme dans un monde en perpétuel changement ».

Autour de cette table-ronde qui se déroulait dans la grande salle de conférence de l’Académie (installée dans le Palais du Peuple et de la Culture, l’ancien palais du Roi fantoche Idriss, renversé par la Révolution de 1969 – tout un symbole !), on retrouvait maires et maires-adjoints français, hommes d’Affaires, professeurs d’universités, journalistes, avocats et syndicalistes, ainsi que plusieurs cadres du MEDD, le Mouvement Européen pour la Démocratie Directe (qui est le Réseau unitaire du Mouvement des Comités Révolutionnaires – MCR – en Europe), issus des pays de l’Europe francophone en l’occurrence de la France et de la Belgique, mais aussi de la Serbie, et des responsables de la classe politique libyenne.

On y retrouvait notamment Luc MICHEL (coordinateur-général du MCR pour l’Europe, Bruxelles) et Me Dominique JOURDAIN (France), co-organisateurs du voyage.

Ces différentes personnalités devaient à la lumière de la philosophie du LIVRE VERT du Guide Mouammar Al Kadhafi, aborder certaines questions qui touchent l’actualité d’aujourd’hui telles que la démocratie, le terrorisme, et la politique internationale. Il a aussi été question d’échanges sur les dangers environnementaux et la montée de la violence dans les relations sociales et entre pays, ainsi que les droits de l’homme dans un monde en perpétuel changement. Les questions  de la Démocratie directe et du Socialisme jamahiriyen, reposant sur le principe des associés et non des salariés a aussi été débattue.

Le groupe a aussi visité des universités et débattu avec des étudiants. Le moment fort de la visite a été la participation à une réunion d’un COMITE POPULAIRE MUNICIPAL (l’élément clé de la Démocratie Directe libyenne), où la politique militante a repris ses droits, puisque Dominique JOURDAIN et Luc MICHEL y ont tenu un discours vibrant de soutien à la Jamahiriya, diffusé par la Télévision libyenne. Terminant sous les acclamations longuement répétées de l’assemblée populaire, scandant avec Luc MICHEL le slogan « Fateh » (Révolution !) le poing levé.

 

 

NOTES : 

(1) Ce programme est organisé par l'Amphithéâtre Vert pour permettre aux penseurs politiques, chercheurs, étudiants et intellectuels en Occident et à travers le monde d'étudier le LIVRE VERT du guide libyen Mouammar Kadhafi et les aspects théoriques de la pensée jamahiriyenne dont une des thèses annonce des solutions radicales aux conflits et crises qui affectent l'humanité.

Le guide de la révolution libyenne avait annoncé le 2 mars 2005, à l'occasion du 28ème anniversaire de la « Proclamation du Pouvoir du peuple » en Libye (qui a instauré le système de Démocratie Directe jamahyrien), « la disponibilité de la Libye à ouvrir cette institution (ndlr : l'Amphithéâtre Vert) aux membres des partis républicain et démocrate des Etats-Unis, aux partis travailliste et conservateur britanniques ainsi qu'aux partis européens, indiens et d'autres régions du monde. Cette ouverture vise à permettre à l'intelligentsia et aux politiques étrangers d'étudier le Livre Vert et la solution que cette théorie apporte au problème de la lutte pour le pouvoir, une solution qui repose sur le pouvoir du peuple et les jamahiriyas (Etats des masses) ».

(2) Docteur en philosophie contemporaine, professeur des universités, cet intellectuel francophone et affable est aussi, selon LE FIGARO « le gardien du dogme. Président de l’ « Académie jamahiriyenne », qui recouvre entre autres le « Centre du livre vert » et « l'Amphithéâtre vert », il supervise la formation des comités révolutionnaires, supposés représenter l'avant-garde idéologique de la société libyenne ». Partisan d’Etat fort et du Socialisme, il « ne cache pas son agacement devant les velléités libérales » et « s'inquiète d'ailleurs des privatisations elles-mêmes : « Si l'Etat vend tout, il perd sa justification ». ». Le socialisme du Docteur Rajab Boudabbous est un Socialisme auto-gestionnaire, proche de l’expérience yougoslave qui a tant influencé la vision économique du Communautarisme européen de Jean THIRIART : « Etudiant à Besançon, il avait assisté à l'aventure des ouvriers des montres Lip, qui avaient mis l'usine en autogestion en 1973. Il garde la nostalgie de cette expérience emblématique des rêves de l'après-68 : « Lip, c'était merveilleux… » (…) Enfin, le professeur se dit totalement opposé à l'ouverture de la Libye à l'investissement étranger. »

 

Retour - Accueil PCN-NCP