COMMUNIQUE DU PCN-NCP

(VENDREDI 27 SEPTEMBRE 2002)

 

SREBERNICA EST BIEN UN CRIME DE GUERRE FRANÇAIS !
L’IMPLICATION DES SERVICES SECRETS FRANÇAIS 
ET DE L’OTAN EST DENONCEE DEPUIS 1999 !
TOUTES LES PRECISIONS QUE LES MEDIA OCCIDENTAUX TAISENT !

 

SREBERNICA IS A FRENCH WAR CRIME !
RESPONSABILITY OF NATO AND THE FRENCH SECRET SERVICES IS WELL KNOW FROM 1999 !
ALL ABOUT WHAT THE WESTERN MEDIA DON’T SAY !


Le président MILOSEVIC vient de dénoncer devant le pseudo TPI de La Haye l’implication de la France et du président Chirac dans le massacre de Srebrenica.
Il a raison !

Le président Milosevic fait en effet référence aux investigations menées fin 1999 en Yougoslavie suite à l’arrestation d’un groupe de mercenaires liés aux services secrets français et infiltrés dans l’Armée de la Republica Srepska (Bosnie), le groupe « Pauk » (Araignée). Les enquêtes menées impliquaient directement l’OTAN et plus précisément la France et le président Chirac dans l’organisation du massacre de Srebnenica.

Les lecteurs de la presse du PCN n’ignorent rien de cette affaire puisque « L’EUROPE COMMUNAUTAIRE », l’hebdo communautariste européen que publiait alors le PCN, titrait en couverture de son numéro 24 (25 février 2000) « Srebrenica : un crime de guerre de l’OTAN ! ».  

Nous y précisions ce qui suit : « Srebrenica, symbole mythique de la morale occidentale dans la propagande impérialiste lors de l'intervention de l'OTAN en Yougoslavie, n'est qu'une manipulation médiatique. Non pas dans le sens où nul ne serait mort dans cette ville bosniaque, et il est difficile de nier que des centaines de musulmans y ont été assassinés, mais plus simplement parce que ce massacre fut bien l'oeuvre des services secrets français et d'organisations paramilitaires pilotées par le camp occidental. »

 

DES FEVRIER 2000, L’HEBDO DU PCN DENONCAIT SREBRENICA 
COMME « UN CRIME DE GUERRE DE L’OTAN » 

IN FEBRUARY 2000, THE PCN-NCP DAILY DENOUNCED SREBRENICA AS “A NATO WAR CRIME”

Dans son éditorial du même hebdo intitulé « La France est responsable du massacre de Srebrenica ! », Luc MICHEL dénonçait les mensonges des media occidentaux et les responsabilités de l’IOTAN :

« Les vrais criminels de la guerre impérialiste menée par l'OTAN en Yougoslavie afin de démanteler cette nation ne sont pas toujours ceux que la propagande occidentale désigne pour justifier son action. Un ministre yougoslave a accusé vendredi la France d'avoir supervisé le célèbre massacre des musulmans de Bosnie en 1995, dans le but de permettre l'intrusion des soldats de la paix impérialistes de l'OTAN dans la Yougoslavie d'alors. Le ministre de l'information Goran Matic a démontré dans une conférence de presse que les services secrets français étaient responsables du massacre perpétré dans cette ville de l'Est de la Bosnie, massacre aujourd'hui considéré comme la pire atrocité en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. "Nous pouvons affirmer ouvertement que cette stratégie a été initiée dans des cercles français et musulmans dont les liens demeurent secrets, et que le massacre complet fut dirigé par les services secrets français", affirme Matic, un membre important du gouvernement national-communiste de Yougoslavie. Sa version des événements contraste singulièrement avec l'opinion médiatique très répandu en Occident comme quoi ce furent les chefs des Serbes de Bosnie qui commirent le massacre de Srebrenica, en 1995, lorsque 8000 musulmans furent assassinés soi-disant suite à l'invasion de la ville par les Serbes. Le tribunal de guerre des Nations Unies avait alors poursuivi pour génocide le leader des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, et son commandant militaire Ratko Mladic.

D'après Matic, les français ont travaillé de concert avec leurs alliés musulmans. Et une partie de l'armée serbe de Bosnie, la 10ieme brigade anti-terroriste, fut aussi impliquée: "L'opération tout entière fut planifiée et organisée par un groupe des services secrets français, auquel s'ajoutent le général Philippe Morillon et deux collabos, l'ancien chef de la police bosniaque Alija Delimustafic, et le commandant musulman des forces qui défendaient Srebrenica, Naser Oric."  Matic explique que deux membres du groupe paramilitaire piloté par la France nommé Pauk (Araignée) furent impliqués. C'est ce même groupe de barbouzes de l'impérialisme que Matic désigne à raison comme responsable d'avoir préparé une tentative d'assassinat du président yougoslave Slobodan Milosevic.

L'estimation du nombre des victimes proposé par Matic diffère aussi de celle donnée par les médias et la propagande occidentale. Il explique que "prés de 1200 soldats musulmans sur le point d'être capturés furent assassinés à Srebrenica dans ce terrible massacre", et il précise que les français ont tout planifié pour permettre à la guerre de se conclure par l'entrée dans le pays des troupes de l'OTAN. Selon Matic, la 10ieme brigade anti-terroriste serbe fut corrompue par les services français dans la planification d'un massacre qui servait aussi à diaboliser Milosevic : "l'accord stipulait que Srebrenica devait se rendre aux forces serbes sans combat, qu'Oric devait s'en aller avec ses troupes et que la 10ieme brigade devait assassiner les personnes demeurant encore à Srebrenica, et c'est ce qui arriva."

Ces affirmations, Matic les tient des aveux que les autorités yougoslaves ont reçu des membres de Pauk qui ont été arrêtés. Il affirme ainsi que "compte tenu des nouvelles informations obtenues des membres du groupe terroriste Pauk, nous sommes maintenant en position de mieux éclairer les circonstances et de donner des preuves expliquant la façon dont la massacre de Srebrenica s'est déroulé." La sale guerre de l'Occident en Yougoslavie était une entreprise cynique de conquête impérialiste, et la propagande des médias demandait des massacres que les défenseurs de la paix au service des Etats-Unis n'ont pas hésité à organiser eux-mêmes ». (« L’EUROPE COMMUNAUTAIRE », n° 24, 25 février 2000)

Copyright :

Service de Presse du PCN Bruxelles (reproduction libre avec mention d’origine)

 

Retour / Back