COMMUNIQUE DU PCN-NCP

(LUNDI 08 OCTOBRE 2001)

 

Non à la guerre américaine !
Oui au combat de libération des peuples !
Un, deux, trois, mille Afghanistan ! 

 

L'actualité  Après Tripoli, Bagdad, Khartoum et Belgrade, les USA frappent à nouveau. La nouvelle agression terroriste yankee contre l'Afghanistan n'est pas la "nouvelle guerre de l'Amérique", c'est la continuation de la guerre que Washington mène depuis la fin du XIXème siècle contre les peuples des quatre continents et pour la domination mondiale.
Pour les naïfs - et les faux naïfs - qui en douteraient, les faucons du Pentagone comme le Secrétaire adjoint à la Défense Paul Wolfowitz, ou encore le leader de la minorité républicaine au Sénat Trent Lott.annoncent déjà à Washington la prochaine agression contre l'Irak ! 

Au PCN, nous sommes anti-américains. Radicalement ! Totalement !
Parce que les déterminismes de la Géopolitique et de l'Histoire font des USA l'ennemi à abattre.
Parce qu'en tant que militants révolutionnaires européens en lutte pour la libération et l'unification de notre patrie continentale, de Reykjavik à Vladivostok, nous refusons l'occupation de l'Europe depuis 1945 par les USA et leurs Kollabos de l'OTAN.
Parce qu'en tant que militants socialistes nous savons que les USA s'identifient totalement au modèle capitaliste qui est directement issu de la mentalité collective yankee, n'en déplaisent aux billevesées petites-bourgeoises des "anti-mondialisations" sur le "peuple de Seattle".
Parce qu'en tant que militants anti-impérialistes conséquents, subissant la domination yankee en Europe, nous sommes solidaires de la Cause des peuples des quatre continents.
Au milieu des années 60, le CHE Guevara nous indiquait déjà la voie : "créons Un, Deux, Trois, Mille Vietnam !", combattons l'impérialisme partout où il se trouve nous disait-il.

Le PCN est un parti laïque. Nous avons combattu l'Islamisme quant il était instrumentalisé par les USA contre l'Europe et la Russie. Aujourd'hui, conséquence directe de l'arrogance américaine au Proche-Orient et de la brutalité sioniste en Palestine occupée, il existe des mouvements islamistes qui combattent directement l'impérialisme, avec le soutien de larges masses du monde musulman. C'est au tour de Washington et de Tel-Aviv et de leurs alliés réactionnaires arabes de connaître la déstabilisation. L'Histoire connaît souvent de tels renversements d'alliances.
La position réaliste, la nôtre, dictée par les impératifs de la lutte révolutionnaire et anti-impérialiste, est de ne pas faire d'amalgames. L'islamisme qui combat contre l'Europe et la Russie doit être extirpé du continent. Mais l'islamisme qui frappe nos ennemis américano-sionistes est notre allié objectif.

Aujourd'hui, l'Afghanistan est l'ennemi des Etats-Unis et la résistance qu'on y organise est dirigée contre l'impérialisme et le Nouvel ordre mondial. 
Georges Bush l'a bien défini : il n'y a pas de neutralité possible. "Aujourd'hui, nous nous concentrons sur l'Afghanistan, mais la bataille est plus vaste (...)Dans ce conflit, il n'y a pas de neutralité", assène avec justesse le président yankee. Où l'on est avec les USA, où l'on est contre leur arrogante volonté de suprématie mondiale.
Nous sommes contre l'impérialisme yankee, partout dans le monde, à Kaboul comme à Bagdad, à Paris comme à Bruxelles. Aujourd'hui, il n'y a plus que deux camps : celui de l'impérialisme américano-sioniste et celui du Front mondial des peuples en lutte pour leur liberté et leur dignité.
Aujourd'hui le régime des Talibans est lui aussi de facto partie prenante du Front mondial contre l'impérialisme yankee.

La position correcte des militants révolutionnaires face à la " croisade " américaine, c'est :
- Pas un Euro, pas un homme pour la guerre américaine !
- Front quadricontinental avec les peuples du monde en lutte !
- Dissolution de l'OTAN !
- Libération nationale et sociale du peuple européen, de Vladivostok à Reykjavík : Yankee Go Home !

Retour / Back