COMMUNIQUE DU BUREAU POLITIQUE EUROPEEN DU PCN-NCP

(LUNDI 26 MARS 2001)

 

Appel international pour stopper la chasse aux sorcières menée contre Slobodan MILOSEVIC

 

Le PCN est le seul parti qui dans l'Espace francophone soutient Slobodan MILOSEVIC.

Parce que c'est un devoir pour tous les militants anti-impérialistes de soutenir celui qui incarne la résistance au néocolonialisme yankee en Europe même.

Parce que MILOSEVIC et nos camarades du "Parti Socialiste Serbe" partagent les mêmes valeur de justice et de dignité que les Communautaristes européens du PCN.

Parce que la lutte des patriotes yougoslaves pour la liberté et la dignité est partie intégrante du combat que nous menons pour la Libération nationale et sociale de la Nation européenne.

Le PCN s'associe donc à l'Appel international lancé par plusieurs centaines de personnalités progressistes des quatre continents pour que soit mis un terme à la chasse aux sorcières inique qui entend livrer Slobodan MILOSEVIC aux chiens courants impérialistes du soi-disant Tribunal Pénal International, création immonde et immorale  de Washington pour persécuter ses ennemis.

Voici de larges extraits de cet Appel :

"Nous, soussignés, voulons marquer notre profond dégoût et notre opposition au procès planifié contre l’ancien président yougoslave Slobodan MILOSEVIC par les autorités serbes actuelles, à la demande des Etats-Unis et de ses alliés de l’Otan.

Pendant que l’agression criminelle contre le peuple de Yougoslavie reste impunie et que les réparations restent impayées, nous assistons au spectacle repoussant de ministres et de responsables de la DOS (le nouveau régime de Belgrade), prostituées judiciaires des leaders criminels de l’Otan et de leur cour fantoche illégale, le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie à La Haye.

Nous accusons le TPI et le gouvernement américain d’inventer de fausses accusations de crimes de guerre contre le président MILOSEVIC, dans le simple but de manipuler l’opinion publique contre « les Serbes », justifiant la campagne barbare de terreur de 78 jours de l’Otan  contre la Yougoslavie en 1999 et de détourner l’attention des conséquences horribles du bombardement. Pendant ce temps, le TPI a disculpé ses soutiens de l’Otan, de toute responsabilité pour une quantité énorme et très bien documentée de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, y compris le bombardement délibéré d’infrastructures civiles vitales, l’utilisation d’armes anti-personnelles comme des « grappes » de bombes, dans des endroits à forte concentration de civils, et le bombardement avec intention (et effet) de créer une incontrôlable catastrophe écologique (...)

Pendant que des responsables de la DOS font ouvertement référence au besoin de collaborer complètement avec le TPIY, d’autres affectent une autre attitude, appelant à juger Slobodan MILOSEVIC dans un « procès serbe », sur l’accusation de « corruption » et de « crimes de guerre ». Mais leur appel à un procès intérieur n’est rien d’autre qu’une imposture « patriotique » : un piège pathétique visant à cacher leur propre duplicité maladive en mettant à l’œuvre les ordres de leurs maîtres étrangers. Comme l’expérience en Russie et dans le reste de l’Europe de l’Est l’a montré, se plier à la pression occidentale n’augmentera jamais le niveau de vie, et imposer la répression politique ne pourra que laisser de longues et profondes cicatrices dans l’âme d’un peuple.

Nous faisons savoir que nous rejetons catégoriquement le procès intenté au président MILOSEVIC :

MILOSEVIC et les prétendus « épurateurs ethniques » ont prêché l’unité multinationale, pas l’intolérance nationale. Son célèbre discours de 1989 qui appelait, paraît-il, les Serbes à répandre le sang des Albanais, disait en fait : « La Yougoslavie est une communauté multinationale et elle ne peut survivre qu’à condition d’une égalité pleine et entière, pour toutes les nations qui y vivent ». Les efforts faits pour poursuivre Slobodan MILOSEVIC sont des attaques contre tous ceux qui prêchent l’unité multinationale.

MILOSEVIC n’a jamais ordonné la persécution de civils albanais : il n’a jamais chassé les Albanais du Kosovo, sauf pour évacuer les civils de la zone de combat et de bombardement. Les Albanais qui ont fui le Kosovo ont fui les bombes de l’Otan et le combat au sol entre les rebelles de l’UCK et les troupes fédérales yougoslaves. Près de 100 000 Albanais yougoslaves ont vécu paisiblement dans la capitale serbe de Belgrade tout au long de la guerre, sans souffrir de persécutions ethniques.

Les atrocités les plus « notoires » dont MILOSEVIC est accusé, n’ont jamais eu lieu : les 40 Albanais retrouvés morts à Racak, n’ont jamais été exécutés, mais étaient en fait des troupes de l’UCK tués pendant les combats et que l’on avait disposé ensembles dans un fossé pour les caméras. Les 1500 corps supposés avoir été brûlés dans les mines de Trepca, n’ont jamais été retrouvés. Les spécialistes de l’Otan envoyés pour faire la preuve de l’extermination de masse de 100 000 Albanais, n’ont trouvé en fait que 2800 morts. Et beaucoup d’entre-eux n’étaient pas des civils albanais, encore moins des Albanais tout court, mais plutôt des Serbes, des Roumains, des Gitans, des Goranis et d’autres victimes des atrocités de l’UCK.

Il n’y aucune preuve pour les accusations récentes les plus saugrenues indiquant que Slobodan MILOSEVIC aurait su à l’avance le bombardement de la station de télévision RTS à Belgrade et aurait laissé mourir 16 personnes, pour créer un sujet de plainte contre l’Otan ou, que des milliers d’Albanais auraient été jetés dans des hachoirs à viande et que l’on s’en serait débarrassé dans des puits de mines à Mitrovica, etc…

Un procès de Slobodan MILOSEVIC sur ces fausses et calomnieuses accusations n’est rien d’autre qu’une parodie de justice, un « show trial » contemporain. Les leaders occidentaux qui l’intentent, ont le culot de déclarer que les Nations Unies sont le protecteur de la souveraineté des nations et que l’Otan est un défenseur de la liberté. Cette chasse aux sorcières révèle la vraie nature de traîtres à leur peuple de l’actuel gouvernement en Yougoslavie. Ils déshonorent la Nation Serbe et sa grande histoire de résistance aux invasions étrangères, dont la plus notable et celle des nazis pendant la seconde guerre mondiale, lorsque les Serbes ont résisté seuls à l’attaque nazie.

Des crimes ont été commis en Yougoslavie, mais pas par Slobodan MILOSEVIC. Ils ont été commis par les Américains et l’Otan qui ont autorisé une guerre nucléaire de faible intensité, qui visait spécifiquement des civils et ont laissé d’énormes portions du pays contaminées pour les prochaines 4 ou 5 milliards d’années à venir par la radioactivité à cause de l’uranium appauvri. Des crimes de guerre ont été commis par des leaders américains qui ignorent délibérément leur propre constitution qui exige que les guerres soient formellement déclarées par le Congrès, et ensuite ont violé la charte de l’ONU et les nombreuses conventions internationales.

Un crime sera commis si le président de Serbie deux fois élu, est kidnappé dans son propre pays et obligé d’assister à un procès, devant une cour artificiellement créée par les Américains et prétendument internationale.

Et un crime sera commis si le gouvernement docile made in USA de Yougoslavie met en danger la sécurité du président MILOSEVIC de toutes les façons qui permettraient aux gangsters et chasseurs de primes de toucher les 5 millions de dollars de prime offerts par les EU pour son arrestation.

Le seul crime de Slobodan MILOSEVIC, c’est d’avoir essayé de préserver la liberté des 26 nationalités que comprenait la Yougoslavie, menacées par la colonisation et l’occupation des EU et de l’Otan, c’est d’avoir voulu empêcher que les ressources de la nation, industries, et média soient volées par entreprises multinationales, c’est d’avoir voulu empêcher que les institutions de la nation soient contrôlées par des conseillers américains. Son seul crime, c’est d’avoir défendu la souveraineté et la liberté de la nation des menaces de « l’opposition » politique créée et payée par les EU et mise au pouvoir par des spécialistes américains en opérations psychologiques. Lui et tous ceux qui, en proie aux attaques, ont résisté jusqu’au bout à la colonisation occidentale, même lorsque des navires de guerre américains surveillaient les côtes de la Yougoslavie, pour assurer des résultats « corrects » lors des élections contestées.

Honte à ces leaders de la DOS qui conspirent avec des politiciens de l’Otan, tout en cherchant à faire porter la responsabilité des crimes de l’Otan aux personnalités vraiment patriotes et progressistes, qui ont fait tout leur possible pour combattre l’agression néo-coloniale de l’Otan ! En agissant ainsi, la DOS se déshonore et insulte la mémoire de ceux qui ont perdu la vie pendant les crimes de guerre de l’Otan."

Avec les signataires de cet Appel international, le PCN exige que cesse la chasse aux sorcières politique contre le président MILOSEVIC et les anciens dirigeants yougoslaves, dès maintenant !

Avec les signataires de cet Appel international, le PCN exige que soient Assignés les criminels de guerre de l’Otan et de la KFOR en justice !

Le PCN s'associe également à l'Appel international lancé par le "Parti Socialiste de Serbie", qui reste le premier parti politique yougoslave, pour la dissolution de l'OTAN et le départ de ses forces d'occupation des Balkans.

Pour diffuser ces deux appels, pour les signer, contactez-nous ! Ils seront très bientôt disponible sur le site Internet du PCN-NCP !

Soutenir le Président MILOSEVIC et nos camarades socialistes serbes qui luttent au premier rang contre l'impérialisme yankee est un devoir pour tout patriote européen !

 

Retour / Back