Accueil

  Dernier Edito

  Liste

  Biographie

  PCN-NCP

  Contact

QUI EST
LUC MICHEL ?


 

Président et fondateur du PCN en 1984, Luc MICHEL est aussi après Jean THIRIART, dont il a été le plus proche collaborateur dans les Années 1982-92, le second théoricien du « Communautarisme européen », la doctrine socialiste et révolutionnaire pour laquelle notre Organisation transnationale combat depuis maintenant plus de quatre décennies.

Il est aussi l’un des principaux idéologues de la mouvance nationale-communiste en Europe – le premier programme économique du KPRF russe est tiré de ses théories – et celui qui, dès 1982, a redonné une expression politique au national-bolchevisme.

Né en 1958, Luc MICHEL a derrière lui plus de 30 ans de vie militante révolutionnaire et engagée. Une action politique commencée à 14 ans dans la mouvance pro-palestinienne en Europe. Les grands axes de son combat sont l’Unité de l’Europe de Reykjavik à Vladivostok et du Québec au Sahara, la justice sociale et la lutte contre l’impérialisme américano-sioniste. Mais aussi l’écologie radicale, dont il anima l’une des premières expressions politiques dans la Belgique de la fin des Années 70. A la sympathie militante pour la cause arabe et palestinienne, Luc MICHEL ajoute un engagement constant pour l’intégration de l’Europe de l’Ouest avec le monde slave. Slavophile engagé, il milite pour la défense des peuples frères de l’Est européen et voit dans la Russie le dernier Etat capable actuellement d’indépendance véritable en Europe.

Conséquent avec lui-même, il a aussi toujours orienté sa vie personnelle à l’Est et est marié à une Russe de Riga.

Polyglotte, Luc MICHEL se définit comme Européen par la politique, universel pour la culture – la xénophobie et le racisme lui font horreur –, français par l’éducation. Et il aime ajouter que « son cœur bat quelque part entre Moscou et Belgrade ».

Professionnel de l’agitation politique, à l’instar de ses modèles français, italiens et russes –Blanqui, Mazzini, Lénine et Staline notamment – Luc MICHEL n’a jamais fait aucun compromis avec le Système et mène une vie totalement engagée au service de la Révolution européenne et transnationale. Mais loin d’être un fanatique, c’est aussi un spécialiste des idéologies révolutionnaires, arabes en particulier.

Et un juriste redouté dans les prétoires, où l’on conduit le combat du PCN. Directeur du Service juridique du PCN et conseiller juridique du « Collectif Europe-Justice » (depuis 1987), il a exercé une action importante pour la préservation des droits des minorités idéologiques en Belgique – nombreux recours victorieux auprès du Conseil d’Etat et de la Cour d’Arbitrage, le Conseil constitutionnel belge. On lui doit notamment la modification des lois belges sur l’organisation des élections européennes (permettant l’accès des petites formations politiques à ces élections en Belgique), sur le financement et la comptabilité ouverte des partis politiques, organisant la réforme du Code Judiciaire ou encore organisant le vote des Belges résidant à l’étranger. Dirigeant du « Collectif anti-nazi Résistance Européenne-Europaïsche Widerstand », Luc MICHEL a aussi mené une action judiciaire importante contre le Front National belge et d’autres groupuscules néo-nazis, obtenant notamment du Conseil d'Etat l’obtention de l’annulation des élections communales d’octobre 1994 à Saint-Gilles (une rareté en droit électoral belge) et faisant écarter 26 listes électorales d’extrême-droite en 1994-95, les privant ainsi de sénateurs, députés fédéraux et régionaux. En écartant la liste du FN belge au Sénat en 1995, il privait ainsi celui-ci d’élus et de la dotation parlementaire, renvoyant cette formation au stade groupusculaire pour de nombreuses années.

Luc MICHEL a aussi exercé diverses fonctions dans le domaine de l’éducation permanente et s’est occupé du reclassement de petits délinquants.

Auteur prolixe, Luc MICHEL est l’auteur de nombreuses études, manifestes et brochures idéologiques, ainsi que de plusieurs milliers d’articles et éditoriaux, sur des sujets comme la Géopolitique, la politique internationale, les idéologies, l’idéologie arabe – c’est un spécialiste du Ba’athisme et de la Libye de Kadhafi –, l’écologie, l’économie ou encore l’Histoire politique. Sans parler de nombreuses conférences.

Editeur, il dirige les Editions MACHIAVEL, liées au PCN et édite de nombreuses revues – notamment La Cause Des Peuples, Conscience Européenne, Nation Europe, L’Europe communautaire – et publications numériques en ligne – notamment PCN Infos, Al Ba’ath Al Iraqui, Renouveau Léniniste.

Il a notamment publié « Le Parti Historique révolutionnaire », « Le Socialisme Communautaire »*, « Orientations NR », « Manifeste à la Nation-Europe », « Pour une Europe unitaire et communautaire », « Précis d’Economie communautaire »*, « Sociologie de la Révolution européenne »*, « Esquisse du Communautarisme »*, « Mythes et réalités du National-Bolchevisme (Russie, Allemagne, Europe) », « La Résistance allemande anti-Hitlérienne », « Moammar Kadhafi et la Révolution libyenne » et travaille actuellement à une « Histoire panarabe du Parti Ba’ath » (*co-auteur).

De nombreuses traductions en langue espagnole, italienne, anglaise, allemande, néerlandaise et russe ont été tirées de ses travaux.

Luc MICHEL a assuré des chroniques régulières dans « Conscience Européenne » (Charleroi), « Nation-Europe » (Paris et Bruxelles), « Nation-Europe Hebdo » (Paris et Bruxelles), « Nazione-Europa » (settimanale, Roma et Bruxelles), « L’Europe Communautaire » (Paris), « PCN Infos » (Paris et Bruxelles), « PCN Infos Hebdo » (Paris), « La Cause Des Peuples » (Bruxelles et Paris), « La Lettre Communautariste » (Bruxelles), « Démocratie Directe » (Paris et Bruxelles) et « Le Quotidien du PCN » (Bruxelles).

Ses articles sont souvent repris – et parfois plagiés – dans de nombreux pays et dans des publications de tous bords. Il a notamment été publiés par « Elementy » (Moscou), « Geopolitika » (Belgrade), « Ashams » (Libye), « Artel » (Belgrade), « Al Jeezirah », « Dualpha » (Paris), « Lutte du Peuple » (Nantes), « Zavtra » (Moscou), « Sovietskaia Rossia » (Moscou), « Europe 2000 » (Paris), « Politique Info » (Paris), « Dietsland Europa » (Bruge), « Al-Fajr Al-Jadeed » (Libye).  

______________________

Septembre 2004
UNIFICATION DU RESEAU
DES « COMITES REVOLUTIONNAIRES » EN EUROPE :
CREATION DU « MOUVEMENT EUROPEEN
POUR LA DEMOCRATIE DIRECTE » 
SOUS LA DIRECTION DE LUC MICHEL.

Du 20 aux 23 septembre 2004 s'est tenue en Libye la IIIe convention internationale du « Mouvement des Comités Révolutionnaires » mondial, avec la participation de plusieurs centaines de coordinateurs du MCR venus des quatre continents.

Le MCR est une organisation internationale de masse, présente en Afrique, en Europe, aux Amériques et en Asie. Son siège est à Tripoli en Libye. Le MCR regroupe les partisans de la Démocratie Directe et de son expérience-pilote, la Révolution libyenne. Le MCR est présent dans 17 pays européens, à l’Ouest comme à l’Est.

Cette convention a rappelé les grands axes du combat du MCR contre l'impérialisme, le Sionisme, le néo-colonialisme, la globalisation libérale et l'exploitation. Elle a aussi réaffirmé son soutien aux Résistances palestinienne et irakienne.

La IIIe Convention a insisté sur la place capitale du Mouvement révolutionnaire européen au sein du Front unitaire quadricontinental des peuples en lutte pour la liberté et la dignité.

A l'issue de cette IIIe Convention, Luc MICHEL a reçu la charge, nouvellement créée, de Coordinateur-général du MCR pour l'Europe. Avec pour mission prioritaire l'unification et l’intégration de tous les Comités Révolutionnaires d'Europe dans un réseau unique, unitaire et transnational.

Le Comité Révolutionnaire de l'Espace francophone, qui regroupe depuis 1997 sous la direction de Fabrice BEAUR sur une base transnationale les militants des CR de Belgique, France et Suisse, ainsi que les Arabes, Turcs et Africains vivant dans ces pays, devant servir de modèle au nouveau Réseau unitaire.

L'ensemble des Comités Révolutionnaires européens, qui agissait jusqu'à présent de façon autonome et sous diverses appellations, vont se constituer en ainsi en une seule organisation, dont la centrale est installée à Bruxelles : le MEDD – « Mouvement Européen pour la Démocratie Directe » (en Anglais : “Movement for the European Direct Democracy”).

Le MEDD entendent particulièrement :

- militer pour la Démocratie directe en tant qu’alternative à la faillite et à la corruption de la pseudo démocratie parlementaire,
- renouer avec les racines européennes de la démocratie directe (expérience suisse, théorie de l'incorruptible Robespierre en 1793, etc.) et assurer leur synergie avec l’expérience pilote moderne de démocratie directe développée par la Révolution libyenne de Mouammar Kadhafi,
- lutter pour la Cause des Peuples et particulièrement l'unité de pensée et d'action entre les Révolutionnaires d'Afrique et d'Europe.

Voir : www.medd.info
http://www.pcn-ncp.com/cp/cp041007.htm
http://ceredd.free.fr/lnf/LN&F%20-%201930.PDF
http://midd.free.fr/pdf/BDD11(e).pdf

 Haut de page

Copyright © Editions MACHIAVEL - Tous droits de reproduction, d'adaptation, de diffusion ou de traduction réservés, sauf autorisation écrite de l'éditeur