COMMUNIQUE DU PCN-NCP

(VENDREDI 01 AOÛT 2003)

 

LA PARTICRATIE BELGICAINE
SE COUCHE DEVANT LES DIKTATS
DE WASHINGTON ET TEL-AVIV :
LA "LOI DE COMPETENCE UNIVERSELLE" ABROGEE !

 

Le Sénat belge a adopté ce 1er août une loi abrogeant la loi de compétence universelle, un texte courageux qui a valu à la Belgique l'animosité des autorités de plusieurs pays – principalement des USA et d’Israël – après le dépôt de plaintes contre certains de leurs ressortissants.

La loi de 1993 rendait les tribunaux belges compétents pour juger des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité sans tenir compte de l'endroit où ils avaient été perpétrés ni de la nationalité de leurs auteurs ou de leurs victimes.

Le vote de ce 1er août était considéré comme une formalité, la chambre des représentants ayant déjà approuvé mardi dernier l'abrogation de la loi à une large majorité. Le Sénat déclare dans un communiqué l'avoir votée par 39 voix pour, quatre contre et 20 abstentions.

Bruxelles a été contrainte de modifier cette loi après une série de plaintes visant notamment le président américain George Bush et le Premier ministre britannique Tony Blair pour crimes de guerre en Irak. Ainsi qu’Ariel Sharon pour sa responsabilité dans les massacres de civils palestiniens à Sabra et Chatila, au Liban alors occupé par l’armée sioniste.

Washington avait directement menacé de ne pas envoyer de représentants aux réunions de l'Otan à Bruxelles et de suspendre ses fonds pour le nouveau siège de l'organisation.

Le nouveau texte prévoit que seuls les Belges ou les personnes résidant depuis trois ans en Belgique à la date du crime pourront porter plainte. Les conditions permettant de porter plainte contre un étranger seront très strictes et devront suivre les règles internationales en vigueur sur l'immunité. Une plainte contre un étranger ne se traduira plus automatiquement par la nomination d'un magistrat instructeur. Par ailleurs, les plaignants ne pourront plus faire appel de la décision du parquet. Ce nouveau texte, qui viole l’éthique et le droit, vide de sens la procédure.

La particratie belge s’est donc couchée devant les diktats de Washington et de son complice israélien. L’OTAN a également servi de moyen de pression et démontre là encore qu’elle n’est qu’un mécanisme de sujétion néocoloniale aux diktats yankee.

Cette capitulation humiliante et sans condition met un terme à l’arrogance hypocrite des politiciens belges. Elle sonne le glas d’une pseudo politique d’indépendance purement verbale, comme au moment de l’agression yankee contre l’Irak ba’athiste, où le gouvernement belgicain condamnait d’un côté la décision américaine et de l’autre laissait transiter la logistique et les armes de l’US Army par le port d’Anvers.

Il est temps d’en finir avec l’Etat fantoche belgicain.
Vive la République d’Europe !

 

PCN,
Sections régionales Wallonie-Bruxelles.

 

Service de presse Bruxelles : 02 218 73 09 - presse@pcn-ncp.com  (01/08/03 - 20h00)

 

Retour / Back