COMMUNIQUE DU PCN-NCP

(SAMEDI 05 AVRIL 2003)

Français - English

ALORS QUE LA BATAILLE DE BAGDAD COMMENCE :
HOMMAGE ET SOUTIEN AU PARTI BA'ATH SOCIALISTE ARABE !

 

Michel Aflak, fondateur du Ba’ath  (1966) :

« C’est donc la lutte qui a été à l’origine même de la conception du Parti … Le Parti Ba’ath, pour sa part, a connu la lutte dès sa naissance. La génération qui l’a fondé livrait une bataille. »

Michel Aflak  (1969) :

« le rôle de l’Avant-garde est de monter aux premières lignes et de s’offrir en sacrifice. Les masses s’éveilleront à mesure que l’avant-garde progressera ».

« Si le Parti donne des preuves de son extraordinaire vitalité et de sa capacité de renouvellement et de survie, c’est que ce Parti est lié à la conscience de la Nation arabe, dont il tire sa force pour s’élever, se renouveler et tenir bon, de même qu’il s’appuie sur ses souffrances, ses désirs et ses droits fondamentaux. »

Saddam Hussein (1973) :

« L’Irak ne peut préserver sa gloire et l’honneur de sa terre sans le Parti Baath arabe socialiste, personne ne pourra réaliser le rêve de retrouver la gloire des premiers ancêtres sans le Parti Baath. »

 

Les militants du Ba’ath, à qui on ne peut contester la foi et le courage, ont donné depuis les Années 40 plusieurs générations de héros et de martyrs et n’ont jamais été avares de leur sang. Nos camarades ba’athistes ont connu les exécutions, les assassinats, la clandestinité, l’exil, les trahisons, la torture et les prisons. A commencer par Saddam Hussein, et l’équipe dirigeante de l’Irak, qui organise la résistance à l’agression impérialiste

Taha Yassin Ramadan, dirigeant de l' « Armée du peuple », une importante formation paramilitaire ba’athiste, qui a rang de vice-président et qui a déjà survécu à de nombreuses tentatives d'assassinat, avait déclaré quelques jours avant le conflit : « les menaces américaines ne nous font pas peur ». Il ne s’agissait pas de rodomontades. Les dirigeants du Ba’ath ne sont guère impressionnables.

Le Ba’ath fait aujourd’hui à nouveau face à son destin. Suivant l’éthique ba’athiste : les armes à la main et sans reculer ! Et sur tous les fronts ses cadres et ses militants sont dignes des sacrifices de leurs prédécesseurs. Le Ba’ath y trouve une nouvelle légitimité au sein des masses arabes. Que ce soit dans la reconstruction de l’Irak ou dans la clandestinité de la Résistance nationale, suivant le sort des armes, nous savons que nos camarades seront demain là où ils se sont toujours trouvés : à l’avant-garde !

On n’a jamais vu dans l’histoire une nomenklatura mourir les armes à la main pour ses idées. La résistance héroïque de l’Irak ba’athiste face à l’impérialisme yankee et à ses alliés colonialistes sioniste et britannique prouve que la propagande occidentale ment ! Le Ba’ath est bien resté le Parti révolutionnaire qui a renversé en 1963 et 1968 la Réaction bourgeoise.

Le PCN rend donc hommage au sacrifice des Baathistes irakiens. Nos camarades irakiens sont un exemple pour tous ceux qui refusent de vivre à genoux devant l’impérialisme américano-sioniste et le néocolonialisme. Oui la Résistance est toujours possible !

Le PCN renouvelle, dans les bons comme les mauvais jours, son soutien total au Parti Ba’ath socialiste arabe et à son secrétaire-général Saddam Hussein.

VICTOIRE POUR L’IRAK BAATHISTE !

 

Service de Presse du PCN-NCP (05/04/03 - 03h00) 

Retour / Back