PCN-INFOS

L'actualité commentée du Parti Communautaire National-européen - PCN-NCP

 

PCN-Infos du 31 mai 2010

ISRAEL ASSASSIN ET HORS LA LOI !
LES SOUDARDS DE TSAHAL TIRENT SUR UN CONVOI HUMANITAIRE ET DES PARLEMENTAIRES EUROPEENS !

 

Ministère des Affaires étrangères turc : « Nous condamnons fortement ces pratiques inhumaines d'Israël (…) Cet incident déplorable a eu lieu en pleine mer et constitue une violation claire de la loi internationale ».

Que font les USA, l’ONU et l’UE si prompts à condamner le moindre faux pas – ou déclaré tel – des petits états balkaniques ou africains et à expédier leurs dirigeants devant la CPI ou le TPI ???

La marine israélienne a attaqué ce lundi matin au moins un des six bateaux transportant des militants pro-palestiniens et de l'aide humanitaire vers la bande de Gaza, soumise à un blocus. Le bilan est incertain. Au moins dix personnes ont été tuées dans l'opération, rapporte une chaîne de télévision israélienne, affirmant que le bilan définitif pourrait être bien plus élevé. Deux personnes ont été tuées et environ 30 blessées, indique un représentant d'une ONG turque impliquée dans l'opération.

Un porte-parole de l'armée israélienne a confirmé lundi que « plus de dix passagers » de la flotille pro-palestinienne qui faisait route vers Gaza avaient été tués lors de l'intervention de commandos israéliens. « Ces affrontements ont fait plusieurs morts et blessés parmi les passagers. Au moins quatre soldats ont été blessés, dont un par balle, et ils ont été transférés vers des hôpitaux israéliens », selon la milice des soudards de l'entité sioniste (Tsahal).

La flottille internationale, qui transportait 700 militants et sympathisants de la cause palestinienne, dont des parlementaires européens et de l'aide pour Gaza a appareillé dimanche pour le territoire palestinien, au risque d'une confrontation avec la marine sioniste, déterminée à l'intercepter.

« Des centaines de soldats israéliens attaquent la flottille, et le capitaine de notre bateau est grièvement blessé » : c'est ce qu'a raconté le correspondant d'al-Jazira à bord d'un des bateaux en route pour Gaza avant l'interruption de la communication.

« Je vous appelle en cachette, des centaines de soldats israéliens ont attaqué la flotille de la liberté et les passagers du bateau à bord duquel je me trouve se comportent avec beaucoup de courage », a affirmé Abbas Nasser dans son dernier appel à la chaîne basée au Qatar.

« Le capitaine de notre bateau est grièvement blessé, et il y a deux autres blessés parmi les passagers », a ajouté le journaliste, avant l'interruption brutale de la communication.

La radio publique israélienne a annoncé lundi matin que la censure militaire avait interdit la diffusion de toute information sur les morts et les blessés transférés vers des hôpitaux en Israël.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a condamné lundi le raid meurtrier israélien contre la flotille internationale en route vers Gaza, le qualifiant de « massacre », et a décrété trois jours de deuil dans les territoires palestiniens. « Nous considérons qu'il s'agit d'un massacre que nous condamnons », a indiqué M. Abbas dans une déclaration sur la télévision palestinienne. « Nous prendrons des décisions difficiles ce soir », a-t-il affirmé.

Le ministre israélien de l'Industrie et du Commerce Binyamin Ben Eliezer a exprimé lundi à la radio militaire ses « regrets pour tous les morts » (sic) après l'intervention de commandos israéliens. « Les images ne sont pas sympathiques, je ne peux qu'exprimer mon regret pour tous les morts » (resic), a déclaré, dans une première réaction officielle israélienne, M. Ben Eliezer, qui se trouve au Qatar pour une réunion du Forum Economique Mondial (WEF). En résumé : je tire et je tue d’abord, je m’excuse ensuite !

Le mouvement islamiste palestinien Hamas a appelé lundi les Arabes et les musulmans à un « soulèvement » devant les ambassades d'Israël après le raid meurtrier.

La Turquie a prévenu Israël de « conséquences irréparables » sur les relations bilatérales, après le raid meurtrier israélien sur la flotille d'aide pro-palestinienne, dont des bateaux turcs, a annoncé le ministère des Affaires étrangères. « Nous condamnons fortement ces pratiques inhumaines d'Israël », a déclaré le ministère dans un communiqué. « Cet incident déplorable, qui a eu lieu en pleine mer et constitue une violation claire de la loi internationale, peut entraîner des conséquences irréparables sur nos relations bilatérales », ajoute le communiqué.

L'Union européenne, toujours aussi lâche avec Israël, a demandé pour sa par une « enquête complète » (sic) des autorités israéliennes sur les circonstances de leur raid sur la flottille d'aide pro-palestinienne, a indiqué un porte-parole du chef de la diplomatie de l'Ue, Catherine Ashton.

Les bateaux, au nombre de six, selon les organisateurs, qui veulent briser le blocus de la bande de Gaza par Israël, sont partis dimanche en milieu d'après-midi pour leur destination finale, a déclaré à l'AFP Houwayda Arraf, présidente du mouvement Free Gaza.

Dans la soirée, peu après 21H00 (18H00 GMT), trois patrouilleurs lance-missiles de classe Saar israéliens ont quitté le port septentrional de Haïfa pour aller intercepter la flottille. Plusieurs navires de guerre israéliens étaient également déployés au large de la bande de Gaza. « Il s'agit d'une provocation visant à délégitimer Israël », a accusé sans vergogne le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon.

La marine israélienne avait ré-affirmé son intention d'empêcher, de force si nécessaire, la flottille de s'approcher des côtes de la bande de Gaza, soumise par Israël à un blocus strict - sauf pour les produits de première nécessité - depuis la prise de contrôle du territoire par le mouvement islamiste Hamas en juin 2007.

Malgré cette menace d'intervention, Gaza s'était préparé à accueillir la « flottille de la liberté ». Des barques de pêche gazaouies, ornées de drapeaux palestiniens, grecs, irlandais, suédois et turcs - les pays représentés dans la flottille - avaient pris la mer pour aller à la rencontre du convoi. Des manifestants ont lâché de dizaines de ballons auxquels étaient attachés des photos d'enfants tués au cours l'offensive israélienne dévastatrice contre la bande de Gaza pendant l'hiver 2008-2009.

L'aide de 10.000 tonnes consiste notamment en 100 maisons préfabriquées, 500 fauteuils roulants électriques ainsi que de l'équipement médical, selon les organisateurs.

Cinq débarquements similaires ont réussi et trois ont échoué depuis la première opération de ce type en août 2008, selon le mouvement Free Gaza, qui n'en avait jamais organisé jusqu'à présent d'une telle ampleur.

Israël, qui a évacué unilatéralement la bande de Gaza en 2005, se réserve le droit d'en contrôler les frontières terrestres, aériennes et maritimes, à l'exclusion de Rafah, dans le sud du territoire, limitrophe de l'Egypte.


(source : Service de Presse du PCN & AFP)

 

Retour à l'Accueil