PCN-INFOS

L'actualité commentée du Parti Communautaire National-européen - PCN-NCP

 

PCN-Infos du 08 juin 2007

ELECTIONS LEGISLATIVES FRANCAISES DU 10 JUIN 2007 :
AU PREMIER COMME AU SECOND TOUR, ABSTENTION REVOLUTIONNAIRE !

 

1/ NOS CONSIGNES DE VOTE :

Un mois après la victoire à la présidentielle du néo-conservateur Nicolas Sarkozy, le « petit Bush français »,voilà les électeurs Français de nouveau appelés aux urnes afin de sanctifier la grande messe du parlementarisme bourgeois et de donner une majorité à la Droite la plus atlantiste que la France ait jamais connu depuis la démission du Général de Gaulle en 1969.

Est-ce à dire pour autant qu’il faudrait donner sa voix au PS en décomposition, au PCF et aux Verts agonisants et autres groupes trotskistes ? Absolument pas !

A la veulerie à droite s’oppose la dispute de la marque électorale « gauche » par nos socialo-trotskistes.

Au froid programme capitaliste libéral de la nouvelle majorité s’oppose les querelles théâtrales des bourgeois de gauche et de leurs chiens de garde trotskistes.

Face à l’approfondissement de la politique libérale qu’on nous promet, la gauche et ses chiens de garde nous ressortent leurs slogans creux et démagogiques, qui annoncent déjà l’impasse où iront s’enliser les futurs mouvements sociaux.

Il ne peut en être autrement !

Dans le cadre de cette pseudo « démocratie » bourgeoise – confisquée par une minorité oligarchique, biaisée par l'argent –, il n'y a plus aujourd'hui de choix à faire, car aucun candidat n'incarne un choix en dehors ou contre le Système. De l'extrême-droite à l'extrême-gauche, c'est le même consensus, les mêmes programmes (où l’étiquette change mais où le contenu est fondamentalement le même), la même trahison.

La seule position cohérente, révolutionnaire, anti-Système, c'est donc de refuser un faux choix, qui n'existe pas réellement, à l'intérieur du Système. LE SEUL VOTE REVOLUTIONNAIRE, C'EST LE VOTE BLANC, NUL OU L'ABSTENTION.

PAS UNE VOIX POUR LES CANDIDATS DU SYSTEME !
PAS UNE VOIX POUR LES KOLLABOS DES USA !
LAISSONS LE SYSTEME A SA LENTE AGONIE !


2/ L’AMERICANISATION DE LA POLITIQUE FRANCAISE :

Il faut revenir sur le fait le plus marquant et le plus préoccupant qui résulte de l’élection de SARKOZY à la présidence de la France : la disparition à droite (où le néo-gaullisme n'est plus qu'une imposture) comme à gauche (voir le ralliement de Chevènement au Système) de l'anti-américanisme et l' « Atlantisation » de la vie politique et de la classe dirigeante française. L’arrivée de l’opportuniste KOUCHNER, créature de Washington et ex-Gauleiter « made in NATO » du Kosovo, dans le gouvernement sarkozyste, symbolise cette double trahison commune de la droite gaulliste et de la gauche sociale-démocrate, ralliés en une symbiose obscène à la cause de l’Atlantisme.

Ecoutons l’éditorialiste de LA STAMPA (Milan, 10 juin 2006,) dénoncer les « néoconservateurs sur Seine » et leur chef de file : « Un vent néoconservateur souffle sur la France. On dirait une vengeance divine, une revanche de la culture dominante américaine, diabolisée dans ce pays au point de faire de George Bush un guignol télévisé (…) l’attirail neocon s’est déjà implanté dans le débat politique, à droite comme à gauche. Des ruines encore fumantes des banlieues et du mouvement anti-CPE n’a émergé aucune réorientation néojacobine. Au contraire, ces événements ont mis à nu le désarroi de la précarité, que les révoltes n’ont pas entamée, mais confirmée jusqu’à devenir une identité angoissée : je suis précaire, donc je sui (…) il est indéniable qu’un vent de néoconservatisme souffle sur les bords de la Seine ». Qu'un Sarkozy, le « petit Bush français », « le candidat anti-antiaméricains » dixit LE FIGARO, ait pu incarner le choix du camps néo-gaulliste et triompher à la présidentielle révèle la tragique déroute de l'anti-américanisme au sein de la classe politique française. Ce ralliement à l'Atlantisme, cette sujétion à l'Axe américano-sioniste, révèle aussi le divorce sociologique, politique et culturel entre la classe politique française et les masses populaires, où l'anti-américanisme est largement présent (comme il émerge partout en Europe). « Aux Etats-Unis, la presse salue en Sarkozy le candidat « anti-antiaméricains » », écrit le correspondant du FIGARO à Washington (15 mars 2007). « Outre-Atlantique, on attend de la France qu'elle se débarrasse de sa « haine de l'Amérique ».

 

3/ L’ETOUFFEMENT DE LA VIE POLITIQUE FRANCAISE :

La France, si on la comparait par exemple à la Belgique ou à l’Angleterre, représentait jusqu’ici une exception en Europe, un espace de liberté et de débat. Où pouvaient s’exprimer et émerger des forces contestataires, les « ennemis du Système ». Avec l’élection de SARKOZY et les législatives de ce triste mois de juin 2007 qu’il va dominer sans surprise, la fin de l’exception politique française est programmée. Les petits partis vont disparaîtrent, laminés par la logique des grands blocs. Et l’adéquation entre le pouvoir politique, le pouvoir économique et son appendice médiatique va devenir totale. La vie politique de type américain va s’inscrire dans la logique de l’américanisation des esprits qui caractérise la nouvelle classe politique compradore française.

« Les adversaires de Sarkozy craignent d'être balayés aux élections législatives », analyse LE TEMPS (Genève), qui ajoute que « les petits partis devront lutter pour exister au parlement ». Une situation qui révèle le caractère fondamentalement anti-démocratique de la démocratie parlementaire bourgeoise, où une part très importante des citoyens – ceux qui n’ont pas voté pour les deux candidats des grands blocs, SARKOZY et ROYAL – vont être privés de toute représentation parlementaire.

Ainsi les électeurs de François Bayrou : « Il avait été l'homme surprise de la présidentielle. Mais les lendemains de fête ont tourné au cauchemar pour François Bayrou. La quasi-totalité des députés centriste l'ont abandonné pour rejoindre Nicolas Sarkozy. Son nouveau parti, le Mouvement démocrate, devra sans doute se contenter d'une présence groupusculaire à l'Assemblée nationale: de un à quatre députés, alors que l'ancienne UDF en avait 29 ».

On notera aussi qu’est annoncée « La fin crépusculaire de Jean-Marie Le Pen » : « Rossé à la présidentielle, où il a terminé quatrième et obtenu moins de 11% des voix, Jean-Marie Le Pen a promis à ses troupes qu'elles remporteraient une « victoire éclatante » aux législatives. C'est l'inverse qui devrait se produire: le Front national n'est crédité que de 5% des intentions de vote et va se retrouver sans aucun député ».

On notera particulièrement que le mouvement amorcé dans toute l’Europe ne fait pas exception en France. Après avoir servi de digue au Système, destinée à canaliser le mécontentement et à le neutraliser, l’extrême-droite, dont les idées xénophobes et anti-sociales ont été adoptées à Droite et à Gauche, n’a plus de raison d’être. Symbole de la récupération, l’autrichienne Benita FERRERO-WALDER, qui fut une des parias du gouvernement autrichien de 2000 qui unissait la Droite conservatrice et l’extrême-droite de Jorg HAIDER, est aujourd’hui devenue la Commissaire européenne en charge de la politique étrangère de l’Union Européenne.

A gauche « Communistes et Verts sont en voie de disparition » : « Les législatives devraient accentuer la marginalisation du Parti communiste français et des Verts, qui ont été incapables de faire leur autocritique après une présidentielle catastrophique pour eux. Crédités respectivement de 4 et 3% des intentions de vote, ils n'obtiendront sans doute qu'une poignée de députés ».

 

4/ PREPARER L’AVENIR :

Dans cette période de flot contre-révolutionnaire, la tâche des militants révolutionnaires est de préparer l’avenir. Le reflux arrivera. Il en est toujours ainsi.

« Où en sera la planète dans trente ans ? » Une cellule de prospective du ministère de la Défense britannique s'est penchée sur la question. Le tableau qu'elle dresse dans un rapport résumé par THE GUARDIAN est encourageant. Ce groupe du ministère de la Défense britannique était « chargé de brosser le "futur contexte stratégique" auquel les forces armées britanniques pourraient être confrontées. Selon le contre-amiral Chris Parry, chef du centre de la doctrine et de la prospective au ministère de la Défense, il s'agit plus d'estimations "fondées sur des probabilités que de prédictions". »

Ca rapport annonce (maladroitement car raisonnant suivant des catégories politiques dépassées) surtout le retour de l’idéologie, du militantisme et l’émergence d’un nouveau mouvement révolutionnaire mondial, conjuguant populisme et Marxisme, à savoir une idéologie de type national-communiste.

« Les classes moyennes pourraient devenir révolutionnaires et reprendre le rôle du prolétariat tel que l'imaginait Marx », pronostique le rapport. « Cette hypothèse est fondée sur l'écart croissant entre, d'une part, les classes moyennes et les très riches et, d'autre part, une sous-classe urbaine menaçant l'ordre social. "Les classes moyennes pourraient unir leurs forces à travers le monde et utiliser leur accès aux connaissances, aux ressources et aux savoir-faire pour modifier les processus internationaux dans leur intérêt." La montée du relativisme moral et des valeurs pragmatiques incitera les gens à rechercher "la sécurité de systèmes de croyances rigides, notamment l'orthodoxie religieuse et les idéologies politiques comme le populisme et le marxisme" (…) Le mécontentement des jeunes face à des régimes non représentatifs "trouvera un exutoire dans le militantisme politique (…) et l'opposition au capitalisme pourraient mal s'accommoder d'un système international fondé sur des Etats-nations et les forces du marché mondial", indique le rapport. »


A nous de préparer, en dehors du Système, l'avenir de la Révolution européenne.

Qui passe avant tout par la diffusion de notre idéologie et la formation d’un Cadre pan-européen.

 

Fabrice BEAUR et Luc MICHEL,
Pour le Bureau Politique Européen du PCN-NCP.
(08 juin 2007)

 

Lecture indispensable :
PCN-Infos, 17 avril 2007, « LAISSONS LE SYSTEME A SA LENTE AGONIE ! »

 

Retour à l'accueil