PCN-INFOS

L'actualité commentée du Parti Communautaire National-européen - PCN-NCP

 

PCN-Infos du 30 décembre 2006

LISEZ LE NOUVEAU NUMERO D'AL-BA'ATH AL-IRAQI  (5 JANVIER 2007)
READ THE NEWS ISSUE OF AL-BA'ATH AL-IRAQI  (JANUARY 5, 2007)

English - Español

GLOIRE AU PRESIDENT SADDAM HUSSEIN,
PREMIER DES MARTYRS DE LA RESISTANCE IRAKIENNE !

 

« Longue vie à l’Irak ! Longue vie à la Palestine ! Longue vie au Djihad et aux moujahidin ! » 
(Saddam HUSSEIN, 29 décembre 2006)

Le Président irakien Saddam HUSSEIN a déclaré qu’il monterait au gibet en « martyr ». Il a appelé le peuple irakien à rester uni «face à ses ennemis», dans une lettre « au peuple irakien » : « Je me sacrifie. Les ennemis de votre pays, les envahisseurs et les Perses ont trouvé une barrière dans l’unité entre vous et ceux qui vous dirigent. C’est pourquoi ils tentent de semer la haine entre vous » (en référence à l’armée d’occupation américaine et au Fascisme iranien, qui est son complice en Irak).

Donnant à ses infâmes bourreaux et à leurs maîtres yankee une magistrale leçon de dignité, le Raïs appelle les Irakiens à ne pas haïr les envahisseurs de leur pays : « La haine ne permet pas d’être juste ; elle rend aveugle et ferme les portes de la pensée. Je vous demande également de ne pas haïr les ressortissants des pays qui nous ont attaqués et qui ont séparé le peuple de ceux qui le gouverne ».

Car la véritable motivation de l’assassinat « judiciaire » du Président légitime de l’Irak c’est de précipiter à son tour la Résistance nationale, à direction ba’athiste, dans la guerre civile qui ensanglante l’Irak, voulue et entretenue par le Parti de l’étranger, celui de Washington, Tel-Aviv et Téhéran, unis dans leur volonté de démembrer l’Irak. Ghassan Charbel, rédacteur en chef du journal AL-HAYAT, dénonce ce qu’il perçoit comme un plan visant à détruire l’Irak : « le corps de Saddam HUSSEIN allumera l’incendie (...) Il renforcera le plan de destruction de l’Irak. Ceux qui se réjouissent aujourd’hui (...) doivent maintenant revoir leurs calculs ». Dans un communiqué diffusé ce 31 décembre, le ministère russe des Affaires étrangères juge Washington et ses alliés seuls responsables de ces violences et affirme que l’ « exécution hâtive et brutale de Saddam HUSSEIN va creuser la fracture de la société irakienne ».

Il y a en effet aujourd’hui en Irak deux phénomènes totalement distincts, que les media occidentaux s’ingénient volontairement à confondre. D’une part une multitude de groupes sectaires (dont celui du pseudo « patriote » Sadr, enfant chéri des groupuscules islamo-gauchistes, faux résistant et vrai Kollabo, qui siège au gouvernement fantoche soutenu par Washington et Téhéran, et qui a pris part directement à l’assassinat du Raïs), comme les appelle le Ba’ath avec justesse, qui se font une guerre civile sanglante, tout en laissant bien tranquilles, au-delà de quelques rodomontades, l’envahisseur yankee. D’autre part, il y a une Résistance nationale, dirigée par le Parti Ba’ath clandestin et dont le chef est le vice-président Izzat Ibrahim al-Douri, qui combat héroïquement pour la libération et l’unité de l’Irak.

Face à ses veules bourreaux, la dignité, le courage et la force étaient du seul côté du Président irakien.

On soulignera aussi que les valets « irakiens » du Fascisme clérical iranien, sectateurs d’un Islam rétrograde et liberticide, n’ont pas hésité à violer l’une de ses traditions les plus sacrées en exécutant le Raïs le jour où débutait l’Aïd. 

L’Histoire, elle, a déjà jugé. Dans leur vaste projet impérialiste de domination du « Nouvel Moyen-Orient » et du monde, les idéologues néo-conservateurs de la Maison blanche affirmaient que leur « chemin commençait à Bagdad ». Trois ans plus tard, la guerre d’Irak, qui n’est pas terminée et n’a jamais cessé, est le coup d’arrêt mortel donné à la puissance américaine. Leur chemin s’est arrêté en Irak. Demain, les peuples du monde épris de liberté salueront avec reconnaissance celui qui, en planifiant et en jetant les bases de la Résistance irakiennes bien avant l’invasion américano-sioniste, a été l’architecte de la défaite yankee.

Saddam HUSSEIN mort est devenu un mythe. Pour le député britannique George Galloway (expulsé du parti travailliste en 2003 à cause de ses critiques sur la guerre en Irak), l’exécution sommaire du Raïs va devenir « la plus grande erreur politique depuis la diffusion des photos d’Ernesto Che Guevara » (exécuté en 1967 en Bolivie avec l’aide des Etats-Unis et devenu depuis une icône révolutionnaire). Saddam a obtenu « le statut de martyr et de héros arabe », assure Galloway. Et le quotidien grec KATHIMERINI souligne avec prémonition, lui, que l’exécution risque de transformer Saddam en « symbole du nationalisme arabe ».

Nous tenons aussi à dénoncer ici la veulerie du gouvernement français et singulièrement du Président Chirac, qui se disait jadis « l’ami » du Raïs, dirigeant d’un Irak ba’athiste dans lequel beaucoup voyaient alors, avec pertinence, un « Gaullisme arabe ». Le Gaullisme est bien mort !

Les militants du Ba’ath, au cours de six décennies de luttes, n’ont jamais été avares de leur sang. Saddam HUSSEIN prend aujourd’hui une place éminente dans une longue cohorte glorieuse de héros et de martyrs. Nous qui avons toujours soutenu son juste combat sommes fiers aujourd’hui de l’avoir suivi.

GLOIRE AU PRESIDENT SADDAM HUSSEIN, 
PREMIER DES MARTYRS DE LA RESISTANCE IRAKIENNE !

 

Bureau Politique Européen du PCN-NCP,
Comité de Defense Politique du Président Saddam HUSSEIN
& Comités Irak de Base

 

LISEZ LE NOUVEAU NUMERO D'AL-BA'ATH AL-IRAQI  (5 JANVIER 2007)
READ THE NEWS ISSUE OF AL-BA'ATH AL-IRAQI  (JANUARY 5, 2007)

Retour à l'accueil