PCN-INFOS

L'actualité commentée du Parti Communautaire National-européen - PCN-NCP

 

PCN-Infos du 31 mai 2006

 

MONTENEGRO : 
REFERENDUM BIDON
POUR UNE PSEUDO INDEPENDANCE

 

Le référendum qui s'est tenu le 21 mai au Monténégro apparaît comme une véritable mascarade. Dix jours après le scrutin les résultats officiels n'étaient toujours pas confirmés à Podgorica, ce qui ne devait pas empêcher les partisans de l’ « indépendance » de proclamer leur victoire à peine les bureaux de vote fermés.

Dimanche dès 21 heures en effet le « Centre pour le Monitoring » (CEMI) présenté comme un « groupe de contrôle indépendant » (1) annonçait la victoire des séparatistes de Milo Djukanovic avec 56,3 % pour le Oui. C'est le subterfuge habituel des « exit polls », ces sondages sortie des urnes qui permettent de donner les résultats avant la commission électorale officielle. Des résultats aussitôt répercutés dans la nuit par les agences de presse et les journaux. Autant dire que cette formule facilite toutes les manipulations, comme on l'a vu en Géorgie et en Ukraine. Les « exit polls » sont étatsuniens et donnent gagnant celui qu'ils veulent faire gagner. Dans ce type d’élections la communication mensongère remplace la réalité… De 56,3 % à 22 heures on devait passer à 55,1 à minuit pour finir à 55,5, chiffre « définitif » fourni alors qu'il restait 20.000 votes à dépouiller. Dans une entité de 670.000 habitants ces quelques miliers de voix permettent de faire la décision. Dès l’annonce des faux résultats, Alex Anderson, du « Kosovo Project Director » (International Crisis Group (ICG)) se déclarait « très satisfait » de même que l’Estonien Arnold Rüütel et le Croate Stipe Mesic. La Croatie était d’ailleurs la première à reconnaître officiellement le « nouvel Etat »… 

Au Monténégro, ce sont les amis de Georges Soros qui ont « encadré » les élections. On ne doit pas s'étonner de l'annonce précipitée des résultats immédiatement répercutés dans le monde entier. A noter que le responsable de la commission électorale officielle, le tchèque Frantisek Lipka, mandaté par l'Union européenne, était bien connu pour pencher en faveur de l’ « indépendance ». Avoir donné cette responsabilité au diplomate d'un pays qui fut le premier à avoir été coupé en deux après l’implosion soviétique, laTchécoslovaquie, en dit long sur les arrière pensées de l'aréopage atlantiste bruxellois.

Par la voix de leur porte-parole Predrag Bulatovic les partisans de l'union avec la Serbie ont bien entendu contesté les résultats en dénonçant les nombreuses irrégularités attestées par témoins. On remarquera que les centaines d'observateurs dépêchés par l'OSCE et l'Union européenne n'ont « rien vu ni rien entendu »… L'UE qui, aux protestations de certains, avait fixé la barre du Oui à 55 %, a avalisé le « résultat » sans faire de commentaires. C'est que les pays de l'Union européenne sont divisés sur cette « indépendance » qui ajoute dangereusement à la « prolifération étatique » dénoncée en France et va compliquer un peu plus le processus d'élargissement. Du côté des Etats-Unis où l’on manipule la « New Europe », on ne se plaindra pas des difficultés européennes supplémentaires à venir.

Répétons-le, ce référendum monténégrin est un scandale. D'abord parce que la camarilla de Milo Djukanovic a interdit de voter aux 264.000 Monténégrins vivant en Serbie et possédant logement et famille au Monténégro. Ensuite parce qu’on a fait voter massivement une diaspora d'outremer dont on avait peu entendu parler auparavant, acheminée par 160 avions des Etats-Unis, du Canada et d'Australie pour un coût de 5 millions d’Euros. Enfin parce que des milliers d’individus ont voté plusieurs fois (le quotidien Dan a révélé qu’une citoyenne zélée l'avait même fait 50 fois…). 

On soulignera au passage le rôle de la minorité albanaise (environ 7 %) (2) qui a voté comme un seul homme non point pour le Monténégro mais contre la Serbie. Outre la haine du Serbe, les Albanais ont fait le calcul qu'en décrochant le Monténégro de la Serbie il leur serait plus facile de détacher ensuite le Kossovo de cette même Serbie. Et de se rattacher un jour à la Grande Albanie, leur objectif avoué. S'il reste dans ce statut de pseudo-indépendance, le Monténégro s'apercevra vite de la facture à payer aux Albanais de Plav et d’Ulcinj pour ce soutien sournois et il ne tardera pas à se trouver par endroits dans la situation de la Macédoine coupée en deux territoires ethniques dont l'un, l'Albanais, ne vise rien d'autre que le rattachement à la Grande Albanie une fois le Kossovo volé à la Serbie et reconnu par la pseudo communauté internationale. 

Micro-Etats partout - indépendance nulle part…

Voilà où nous en sommes. Le démantèlement de l'espace serbe (auquel appartient le Monténégro) se poursuit, réalisé méthodiquement depuis des années par les Etats-Unis et leurs complices de l’Union européenne, au détriment de l'intérêt général de tous les peuples des Balkans soumis à la manipulation, au morcellement et à la nouvelle forme de colonisation dite « nation building », qui consiste en réalité à détruire les nations existantes. Et de même que le multi-ethnisme avancé par les Croisés de la Démocratie a abouti à la création de micro-Etats mono-ethnistes, le « sansfrontiérisme » agité par les Soros et les Kouchner a débouché sur exactement le contraire, la multiplication ridicule et obscène des frontières.

De la Yougoslavie à L'Irak, c’est le même scénario de la « guerre humanitaire » ou « préventive » reposant sur des mensonges, qui provoquent la guerre ethnique et religieuse et sèment le chaos et la désolation. Les Balkans sont sans doute le laboratoire de ce qui attend l’Europe. Une délégation de séparatistes basques et catalans a participé au carnaval de l’ « indépendance » à Podgorica.

Faire correspondre toute ethnie à un Etat sur notre continent est la meilleure façon de détruire les Etats-nations existants et d'empêcher la création du Bloc géopolitique européen capable demain de liquider la présence étatsunienne et de jeter un continent dans la balance des continents (pour paraphraser Malraux).

En dépeçant la Yougoslavie les Etats-Unis ont mis la main (ou sont en passe de la mettre) sur la majorité des bases militaires importantes créées sous le régime du maréchal Tito, des constructions d’avant-garde pour l’époque, pour certaines d’entre elles, dotées d’aérodromes et de dispositifs souterrains sophistiqués : Krivolac et Ohrid en Macédoine, Bihac en Krajina, Split en Dalmatie, Tuzla en Bosnie, Lustica et Golubovci au Monténégro. En y ajoutant  la grande base de Camp Bondsteel (3) au Kossovo on constate que le morcellement yougoslave va de pair avec l’acquisition d’une floraison de bases militaires assurant le relais entre les anciennes bases US de la péninsule Italienne et les nouvelles bases récemment aménagées dans des pays riverains de la mer Noire comme la Roumanie et  la Bulgarie.

Avec l’installation US dans ces bases militaires et l’extension de l’OTAN à l’Est, la destruction de la Yougoslavie et la réduction territoriale de la Serbie prennent tout leur sens géopolitique et permettent de réfuter les prétextes de la « guerre humanitaire », de la « démocratie » et des « droits de l’homme ». C’est bien à une agression caractérisée, à grande échelle et à une nouvelle colonisation que nous avons (eu) à faire. Le pillage des richesses de la Yougoslavie démembrée et l’exploitation de sa main d’œuvre qualifiée et bon marché aggravent le crime. Le lamentable référendum monténégrin, qui devrait permettre à un trafiquant de cigarettes traître à son pays et à l’Europe d’offrir les Bouches de Kotor à l'US Navy, s'inscrit dans ce cadre. Le morcellement serbo-yougoslave poussé jusqu’à la pulvérisation, disqualifie en tout cas complètement les dirigeants de l’Union européenne à la traîne de Washington quand ils prétendent parler au nom de notre Continent. 

Notes :

(1) Les opérations du CEMI, un soi-disant « groupe de contrôle indépendant » mais qui, comme le CeSID à Belgrade, est une émanation de la Fondation Soros, ont été financées par l’habituelle nébuleuse des « révolutions orange », les ONG-couvertures et les « centres d’entraînement… aux élections » déjà dépistés en Géorgie et en Ukraine. Il faut souligner l’implication directe dans la séparation Serbie-Monténégro d’ambassades étrangères, celles de Grande Bretagne, d’Allemagne, de Hollande, de Suède et de Finlande à Belgrade, ainsi que le consulat des Etats-Unis à Podgorica, qui s’y comporte depuis des mois comme une ambassade… A quoi il faut ajouter le Centre Olof Palme (Suède), le CIDA (l’équivalent canadien de l’USAID), le COLPI (Hongrie) et la Commission Européenne d’Olli Rehn. Le CEMI a agi en liaison avec l’International Foundation for Electoral Systems (IFES), qui se définit comme un réseau d’ « assistance en administration électorale, analyse juridique, mobilisation populaire, développement des ONG » (…). Basé à Washington-DC, dirigé par William J. Hybl, Lean J. Weil et Lesley Israël, l’IFES et son « assistance technique » dépendent financièrement du Département d’Etat américain, de la Banque Interaméricaine de Développement, de l’OSI (Fondation Soros), du Conseil Britannique, de l’AuSAID (l’équivalent australien de l’USAID) et de la Commission des Elections de Porto Rico… Sont impliqués aussi dans cette sécession le Comité Helsinki pour les Droits de l’Homme, le Centre pour la Démocratie et les Droits de l’Homme (CEDEM) et Freedom House de l’ancien directeur de la CIA James Wolsey. Pour leurs opérations d’ingérence dans les Balkans et en Eurasie les Américains bénéficient du support britannique et de celui d’ONG et de diplomates du Nord de l’Europe. L’IFES se présente au public comme « an international non profit organisation that support the building of democratic societies » (…).  

(2) A quoi il faut ajouter une partie de la minorité musulmane du Sandjak monténégrin (7%), qui a voté contre la Serbie, comme la minorité croate des Bouches de Kotor (2%)   

(3) Comme celles d’ Afghanistan et d’Irak, la base de Camp Bondsteel au Kossovo a été construite par la société américaine Halliburton, qui profite de toutes les guerres étatsuniennes.

 

*****

ABONNEZ-VOUS A LA CAUSE DES PEUPLES !
La Tribune libre du combat contre l'impérialisme et l'exploitation !
- La Cause Des Peuples -

Retour à l'accueil