PCN-INFOS

Le réseau d'information téléphonique du PCN

 

PCN-Infos du 04 juin 2004

Notre message sera consacré aux « cérémonies du 6 juin » et à nos consignes de vote aux élections européennes du 13 juin. Ce message sera en ligne jusqu’au 15 juin.

NOUS DEVONS DETRUIRE LE MYTHE YANKEE DU "6 JUIN 1944" : 
NON, LE SOLDAT RYAN N'EST PAS VENU "LIBERER L'EUROPE" !

La machine de propagande s’est à nouveau mise en branle et l’on veut à nouveau aujourd’hui nous faire croire que les américains ont débarqué en Normandie le 6 juin 1944 pour « libérer l’Europe ».

C’est faux ! Historiquement faux ! Et d’ailleurs pour les historiens américains et anglo-saxons l’opération s’appelle toujours depuis 1944 « L’invasion ». Et six décennies après le 6 juin 1944, les troupes américaines occupent toujours l’Europe et étendent leur domination avec l’extension de l’OTAN aux pays d’Europe centrale.

La sous-civilisation yankee nous envahit avec ses sodas, ses hamburgers, ses films, ses séries débiles et sa fausse morale. Il faut le rappeler : ce n’est pas l’armée américaine qui a libéré l’Europe mais l’Armée rouge. Et sans le sacrifice de 27 millions de Soviétiques conduit avec détermination par le Maréchal STALINE, les nazis auraient gagné la guerre.

Ce sont les glorieux combattants de l’Armée rouge qui ont pris Berlin et libéré l’Europe de la domination nazie, ouvrant les portes de la liberté aux déportés de dizaines de camps d’extermination nazis.

Aujourd’hui, l’Europe n’est plus la vassale du IIIeme Reich mais celle des Etats-Unis d’Amérique. Aujourd’hui, ce n’est plus la Wehrmacht, les SS et la Gestapo qui nous occupent, mais l’OTAN, l’US Army, la CIA et la NSA, qui espionnent toutes les communications en Europe avec le « réseau Echelon ».

Aujourd’hui, l’Europe est toujours sous la domination militaire, politique, économique et diplomatique d’une puissance étrangère. Et c’est toute la classe politique européenne, les nouveaux kollabos, qui travaillent avec les américains.

Le soldat Ryan n’est pas venu libérer l’Europe. Il est venu y défendre et y imposer les intérêts politiques de Washington et économiques de Wall-Street. C’est-à-dire une entreprise coloniale, où les USA n’étaient rien de plus que les rivaux impérialistes du IIIeme Reich.

Hier, l’Europe, grâce aux sacrifices héroïques des Soviétiques, s’est libérée des nazis. Aujourd’hui, elle doit se libérer des Etats-Unis, de l’injustice capitaliste et de la domination du Nouvel Ordre Mondial. Et ce combat pour la liberté, elle doit se mener avec tous les peuples du monde qui refuse le néo-colonialisme yankee, à commencer par la Résistance irakienne qui combat en première ligne.

Le soixantième anniversaire du « 6 juin » tombe à pic. Au moment où l’US Army s’enlise en Irak, où la sale guerre yankee, celle que les USA ont toujours mené depuis la moitié du XIXème siècle, montre à nouveau son hideux visage, les commémorations du « 6 juin » vont servir à tenter de redonner une légitimité à l’impérialisme yankee.

En Europe, l’occupation américaine est arrivée à un tournant historique. Une majorité d’Européens, à l’Est comme à l’Ouest, rejette aujourd’hui l’impérialisme.

Plus grave encore – et comme seuls les « Communautaristes européens » du PCN le théorisent depuis le début des Années 60 l’anti-américanisme sert aujourd’hui de fondement à la construction de l’identité européenne. Comme l’analyse un Colloque tenu à Budapest ce début mai 2004, qui souligne « La montée de l'antiaméricanisme en tant qu'élément identitaire européen » : « Pour l'identité européenne, le rôle de l'Autre a commencé à être incarné de plus en plus par les Etats-Unis (…) Dans ce changement, la critique de la politique américaine a son importance, mais ce qui compte vraiment, c'est moins ce que fait l'Amérique que ce qu'elle est. Bref, il s'agit d'une distinction plutôt civilisationnelle (…) et qui, dans "l'image d'un Oncle Sam non civilisé, agressif, égoïste et avide de pouvoir, a enfin trouvé un nouveau dénominateur commun". »

Partout des voix s’élèvent dans le camps américain pour dénoncer le danger de la montée du sentiment anti-américain en Europe et dans le monde.

Ainsi, Otto Lambsdorff, ancien ministre de l'Économie allemand et président honoraire du groupe européen de la Commission Trilatérale : « L'agenda des rencontres internationales de ces prochains jours est prévisible (…) une autre question domine le débat actuel comme jamais auparavant durant les dernières décennies : l'antiaméricanisme. Cela a été particulièrement frappant à la conférence annuelle de la Commission Trilatérale à Varsovie ».

D’où l’offensive sans précédents des media américanisés et des putains européennes de Washington – l’immense majorité de nos journalistes, de nos « artistes » et de nos politiciens aux ordres – pour asseoir sur l’imposture du « 6 juin 1944 » une nouvelle tentative de légitimation du colonialisme yankee.

 

VENONS-EN A NOS CONSIGNES DE VOTE POUR LES ELECTIONS EUROPEENNES DU 13 JUIN :

Ouvrons une parenthèse sur le retrait actuel du PCN des élections bourgeoises. Depuis notre fondation en 1984, et jusqu’en 2000, le PCN a participé à toutes les élections en Belgique – où notre Parti est né – et à plusieurs élections en France à partir de 1994. Entre 1996 et 1999, le PCN a aussi eu une expérience parlementaire en Belgique, où des élus représentaient notre parti au « Parlement wallon », au « Parlement de la Communauté française de Belgique » et au « Conseil provincial du Hainaut ».

En 2000, nous avons choisi de faire une pause et de consacrer nos moyens et nos forces au développement de notre réseau européen (le PCN est présent dans 7 pays européens et mène des campagnes dans toute l’Union européenne et au niveau international), de notre groupe media, et à une structure anti-impérialiste unitaire, présente en Europe, Afrique et Amérique Latine, l’Association transnationale « La Cause Des Peuples ».

L’une des raisons qui nous a conduit à ce choix – provisoire – c’est depuis deux décennies la régression des libertés politiques partout en Europe, les modifications des législations électorales pour empêcher l’émergence des nouvelles minorités idéologiques et la censure qui frappe celles-ci et vise à étouffer leur voix. Une formation alternative se présente aux élections pour avoir des élus – ce qui est devenu impossible dans la plupart des pays européens – pour profiter d’une tribune – ce que la censure rend inopérant. Ni l’une ni l’autre n’étant possible, la seule politique pour un Parti révolutionnaire comme le PCN, c’est l’abstention révolutionnaire – sauf où des amis ou des alliés se présentent, où encore où des choix tactiques ou stratégiques existent – et la construction d’une force d’opposition extra-parlementaire.

Nous n’aborderons ici que le cas de la France. Pour l’ensemble des pays de l’Union européenne voir nos consignes générales et spéciales (disponible dès lundi 07 juin).

Le PCN appelle partout, sauf en Ile de France (Paris), à l’abstention républicaine : pas une voix, surtout pour les faux partis d’opposition que sont le « Front National », les « communistes de margarine » (comme les appelait Staline) du PCF ou l’extrême-gauche trotskiste, escroqueries électorales.

A Paris et en Ile-de-France, le PCN appelle à voter pour la liste « Euro-Palestine », qui combat ouvertement l’Axe américano-sioniste – selon le terme même que nous utilisons depuis 4 décennies – et pour les droits des Palestiniens et la Résistance irakienne. Partisan de l’alliance euro-arabe, soutien de toujours de la résistance palestinienne – que notre organisation soutient depuis 1965 –, de l’Irak ba’athiste et de la Résistance irakienne, le PCN voit dans la liste « Euro-Palestine », attaquée de toutes parts par les sionistes, le même combat que le nôtre.

Ajoutons que le PCN a toujours présenté sur ses listes électorales des candidats d’origine arabe et africaine, présentant notamment les premières têtes de liste arabe et africaine en Belgique, et que la démarche de la liste « Euro-Palestine » rejoint donc là aussi la nôtre.

 

*****

ABONNEZ-VOUS A LA CAUSE DES PEUPLES !
La Tribune libre du combat contre l'impérialisme et l'exploitation !
- La Cause Des Peuples -

Retour à l'accueil