PCN-INFOS

Le réseau d'information téléphonique du PCN

 

PCN-Infos du 27 janvier 2004

 

SOUTENIR L'OTAN
C'EST TRAHIR LA GRANDE EUROPE !

 

Un péché originel discrédite définitivement l’Europe institutionnelle, celle des nains politiques de Bruxelles et Strasbourg. Cette faute, ineffaçable, c’est l’acceptation de la sujétion de l’Europe à l’impérialisme américain par le moyen de l’OTAN. Une sujétion qui, par exemple, est inscrite dans le Traité de Maastricht.

 

L’OTAN EST L’INSTRUMENT
DE LA
DOMINATION AMERICAINE EN EUROPE 

Car l’Atlantisme n’est pas une organisation de défense, et encore moins une « alliance », mais bien un instrument de domination américain destiné à pérenniser l’occupation yankee de l’Europe. Une occupation qui a débuté le 6 juin 1944 et où l’occupant yankee n’a fait que remplacer les Nazis. Soutenir l’OTAN, concevoir l’Europe comme le second pilier de la puissance américaine, c’est trahir l’Europe !

Selon les théoriciens américains eux-mêmes, comme Zbigniew Brezinski, « L'Europe est donc la tête de pont géostratégique fondamentale de l'Amérique. Pour l'Amérique, les enjeux géostratégiques sur le continent eurasien sont énormes. L' Alliance atlantique lui permet d'exercer une influence politique et d'avoir un poids militaire directement sur le continent. Les nations européennes alliées dépendent des Etats-Unis pour leur sécurité. Si les liens transatlantiques se distendaient, c'en serait finit de la primauté de l'Amérique en Eurasie ».

L’OTAN est donc l’outil principal de la domination yankee en Eurasie.

 

VERS UN ENGAGEMENT DE L’OTAN EN IRAK

L’actualité nous rappelle constamment. Ainsi, le nouveau secrétaire-général de l'Otan, le Néerlandais Jaap de Hoop Scheffer, s'est dit ce 26 janvier « favorable à un engagement accru de l'Otan en Irak », et estimé que « le vote d'une nouvelle résolution de l'Onu faciliterait le déploiement d'une force de stabilisation dans ce pays ». En clair, cela veut dire engager les moyens de l’Europe en appui direct de l’occupation coloniale yankee en Irak. Et en contradiction avec tous nos intérêts.

« Si la question devait se poser, cela va sans dire que je suis très favorable à un rôle de l'Otan » en Irak, mais « il est encore trop tôt pour dire exactement quel pourrait être ce rôle », a encore déclaré de Hoop Scheffer lors d'un entretien accordé à des journalistes d'agences de presse.  Il a en outre estimé qu'une « nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l'Onu serait extrêmement utile » pour rallier le plus grand nombre de pays, y compris arabes, à une éventuelle force de stabilisation en Irak (sic) après le transfert du pouvoir de la coalition occupante actuelle à un « gouvernement irakien légitime » (resic), prévu en principe fin juin.

L'Otan, qui s'était entredéchirée sur la question irakienne l'année dernière, ne joue actuellement qu'un rôle limité en Irak par le biais d'un soutien logistique à la Pologne, dont le gouvernement représente aujourd’hui les plus obséquieux laquais de Washington en Europe, et qui commande une division multinationale des forces d’occupation occidentales en Irak.

Les Etats-Unis ont présenté à la mi-novembre un plan de transition qui prévoit que les forces occupantes cèdent le pouvoir à un gouvernement intérimaire irakien fin juin. Entendez qu’ils mettront en place un gouvernement fantoche autour de leurs Kollabos locaux.

Quant à une participation éventuelle de la France et l'Allemagne, qui s'étaient opposés au conflit, à la stabilisation de l'Irak, le secrétaire général a salué « les bons signaux » récemment émis par Berlin notamment et dit espérer que dans le cas où l'Alliance serait impliquée, « il pourra faire appel à tous les pays membres ».

 

LA VOIX DE SON MAITRE

De Hoop Scheffer, qui est entré en fonctions le 5 janvier, effectuera cette fin de semaine sa première visite officielle aux Etats-Unis où il sera reçu, le 30 janvier, par le président George W. Bush à la Maison Blanche. Il y confirmera son allégeance à la puissance impérialiste qui occupe l’Europe.

Et il y sera sans aucun doute remercié pour avoir défendu la politique américaine au détriment des intérêts de l’Europe. Car ses propositions sont l’exacte copie des desideratas yankee.

Dans une récente interview, le secrétaire d'Etat américain Colin Powell avait en effet estimé que « l'ensemble des membres de l'Otan participeraient aux efforts de stabilisation en Irak à la fin de l'année », y compris Paris et Berlin. « Ils nous rejoindront quand nous déciderons d'impliquer l'Otan dans le courant de l'année pour prendre certaines responsabilités en Irak », a-t-il dit le 21 janvier dernier.

Parmi différents scénarios évoqués par des diplomates, mais qui n'ont pas fait l'objet de discussions formelles, l'Otan pourrait par exemple prendre le commandement de la division polonaise, voire en diriger une dans le Nord du pays.

 

L’OTAN EST DEJA PRESENTE EN AFGHANISTAN

L'ancien chef de la diplomatie néerlandaise, qui s'est décrit par ailleurs comme « un atlantiste convaincu mais ayant une forte vocation européenne » (sic), a toutefois fait de l'Afghanistan sa première priorité. Car rappelons-le, l’OTAN participe déjà à l’occupation de l’Afghanistan.

« Prenons les choses pas à pas et ne laissons pas la question de l'Irak reléguer l'Afghanistan au second plan », a-t-il dit. L'Otan commande depuis le mois d'août 2003 une force internationale à Kaboul et réfléchit aux moyens d'étendre sa présence à d'autres provinces afghanes.

 

NOUS COMBATTONS L’OTAN
POUR EN FINIR AVEC LA SUPERPUISSANCE YANKEE

Accepter l’OTAN est donc une position insoutenable en principe, dangereuse en fait. Que ce soit pour les Européens, mais aussi pour les peuples d’Asie, du Proche-Orient ou encore d’Afrique. Car la nouvelle OTAN, redéployée, a aujourd’hui pour champs d’exaction de vastes régions extra-européennes.

Position insoutenable en principe pour les Européens, car cela équivaut à entériner l'occupation et la colonisation de l'Europe.

Mais aussi pour les peuples d’Asie, du Proche-Orient et d’Afrique, car l’OTAN conduit directement à éloigner l’Europe en voie d’unification de la Russie, et du Monde arabe et africain, où l'on conteste chaque jour davantage le néocolonialisme yankee dissimulé derrière le « Nouvel Ordre Mondial ».

L'OTAN telle qu'elle est organisée est totalement aux mains des Américains. On ne peut donc parler d' « alliés », puisque les rapports qui existent à l'OTAN entre les USA et les pays européens membres sont ceux de maître à sujets. L'Europe doit donc quitter l'OTAN.

L’OTAN n’est pas une alliance, c’est un harnais destiné à perpétuer l’occupation de l’Europe. Et une menace permanente pour tous les peuples d’Asie, du Proche-Orient et d’Afrique.

Il faut briser l’OTAN pour libérer l’Europe !

 

Luc MICHEL

*****

ABONNEZ-VOUS A LA CAUSE DES PEUPLES !
La Tribune libre du combat contre l'impérialisme et l'exploitation !
- La Cause Des Peuples -

 

Retour à l'accueil