PCN-INFOS

Le réseau d'information téléphonique du PCN

 

PCN-Infos du 11 novembre 2003

 

LA VOIE SANS ISSUE DE L' "ALTER-MONDIALISME"

 

Globalisation, mondialisation, anti-mondialisme, « alter-mondialisme », ultra-libéralisme sont des mots que l'on retrouve de plus en plus souvent dans les média. Et on y souligne encore plus particulièrement une prise de conscience de l'opinion publique face aux menaces d'asservissement économique, politique, social et culturel que fait peser la mondialisation sur les peuples du monde.

Cette opposition à l'ultra-libéralisation et à sa manifestation actuelle, la mondialisation de l'économie, avec comme base la destruction de toutes les entraves à la dictature des puissances financières multinationales, s'est traduite par une série de manifestations - Seatlle, Nice, Rome, Bruxelles, Davos, Porto Allegre - qui avaient pour espoir de freiner, retarder le processus en cours et même d'arrêter sa marche un  jour ou l'autre.

Cette semaine, les « alter-mondialistes » nous remettent ça à Paris, Saint-Denis, Bobigny et Ivry en banlieue parisienne avec le Forum Social Européen (FSE), le deuxième rendez-vous européen, après celui de Florence en Italie, il y a un an.

De nombreux débats se tiendront dans les 250 séminaires, les 55 conférences plénières et la centaine d’ateliers prévus. On discutera par exemple sur le thème « Contre la guerre, pour une Europe de la paix et de la justice ». Similitude frappante avec la plate-forme électorale du PCN dans les années 90 : « Le Parti de l’Europe, de la Justice et de la Paix ».

Mais la ressemblance s’arrête là ! Car la structure de ce FSE parisien est fortement institutionnel. Le comité d’organisation français comprend ATTAC France, la Ligue des Droits de l'Homme, le PCF et la CGT de Montreuil. Le tout ayant reçu 500.000 Euros de la part du Premier ministre du gouvernement français pour accueillir cette manifestation avec « bonne humeur et générosité » selon Jean-Pierre Raffarin.

Et Pierre Khalfa, le porte-parole du FSE ne se prive pas de s’en réjouir en déclarant dans « Le Monde » de ce mardi 11 novembre 2003 : « Les partis de gouvernement sont passés du mépris condescendant à notre égard à une attitude de révérence obligée ».

 

Récupération tout azimut

Le FSE n’est même pas commencé que la récupération bat son plein.

On voit François Hollande (Premier-Secrétaire du PS français) tenter de se présenter comme le seul relais capable d'offrir un débouché aux revendications alter-mondialistes en tapant sur les trotskistes LO-LCR « incapables d'accéder aux responsabilités ». Le patron du PS a affirmé que les partis devaient être « le prolongement, le débouché, le bras armé, l'instrument politique du mouvement alter-mondialiste ».

A droite, nous avons droit aux discours de Jacques Chirac sur la « mondialisation humanisée » et la commande, fin août, d’un rapport sur une taxe internationale pour financer le développement durable. Et pour institutionnaliser encore plus le tout, on nous annonce la création d'un « observatoire français de la mondialisation ». Même Alain Juppé s'est revendiqué de l'alter-mondialisme !!!

Mais que tous les représentants politiques de la bourgeoisie se rassurent, leurs fonctions de valets et de parasites ne sont pas en danger. La démocratie parlementaire a trouvé ses nouveaux supporteurs.

José Bové assure, en effet, que « le rôle du Forum social européen n'est pas d'être une expression d'alternative politique », mais qu'il doit plutôt représenter un « contre-pouvoir » chargé de « l'élaboration de nouvelles idées ». « Nous portons un débat, nous construisons des alternatives : aux hommes et aux femmes politiques d'assumer leurs responsabilités et ensuite de les traduire en actes ».

D’ailleurs, les sociaux-traîtres du PS ne s’y sont pas trompés quand ils affirment par la voix de Mélenchon qu’ « il faut rendre grâce à José Bové de ce qu’il fait pour notre pays et pour la gauche… C’est un véritable cadeau du bon Dieu pour nous qu’il existe actuellement un mouvement de contestation aussi puissant » (Le Monde du 14 août 2003).

L’ « alter-mondialisme » n’est donc, pour ses principaux organisateurs, qu’un « Think-Tank » permettant aux « politicards » de puiser dans un discours rajeuni, un nouveau prêt à penser.

 

LA TRAHISON « ALTERMONDIALISTE »

Il est plus que dangereux de considérer le combat contre la mondialisation de l'économie comme un but en soi, en la sortant de son contexte. Le capitalisme est passé par plusieurs phases au fil des développements économiques et de l'évolution de la société. Mais son principe et ses objectifs n'ont jamais changé : il lui faut toujours réaliser le profit maximum le plus rapidement possible par l'exploitation de l'homme par l'homme et l'affirmation du « droit » à la propriété privée des moyens de production.

La mondialisation en cours n'est que la suite logique de ce principe. C'est pourquoi les grands patrons de la mondialisation n'aiment pas que l'on leur fasse une mauvaise publicité et tentent de contrôler les opposants.

Comment ? En corrompant les éléments petits-bourgeois, le noyau actif des directions « alter-mondialistes », créant ainsi un opportunisme qui tend à subordonner le mouvement anti-globalisation aux intérêts mêmes de l’impérialisme. Les opportunistes jouent le rôle d'agents de l’impérialisme et empêchent les masses de conjuguer leurs forces pour abattre le capitalisme.

Sous couvert de radicalité, ces opportunistes tentent de redonner corps à la propagande de la démocratie bourgeoise selon laquelle « le capitalisme est réformable » ; il suffirait d’un « bon contrôle citoyen » sur les affaires du pays et celui-ci serait viable. C’est une nouvelle escroquerie pour nous faire avaler ce que la gauche nous promet chaque fois qu’elle est dans l’opposition : « un capitalisme à visage humain ». Lorsqu’elle est au gouvernement, elle montre alors son vrai visage : une fraction bourgeoise qui défend les intérêts du capital et qui attaque sans vergogne les conditions de vie du Peuple.

Une tentative de dévoyer vers une impasse, la combativité et la réflexion qui se sont développées chez les travailleurs européens lors de ces dernières années, de ces derniers mois.

Les capitalistes comptent donc sur leurs laquais : ils ne veulent pas apparaître au grand jour et c'est à leurs sous-fifres de favoriser la division des opposants à la mondialisation, sous prétexte de « dialogue ». Que l'on se souvienne dans les années soixante, comment les dirigeants « socialistes », d’obédience ou d’origine trotskistes la plupart du temps, les mêmes que l’on retrouve à la tête des « alter-mondialistes », ont berné les travailleurs en leur faisant croire que les « réformes de structure » étaient la panacée universelle contre le capitalisme.

Il est juste, il est indispensable de combattre la mondialisation en cours avec toute l'énergie et tous les moyens disponibles. Mais si l'on ne détruit pas le Système qui génère cette phase, elle se reproduira fatalement. C'est le capitalisme tout entier, avec son idéologie de domination et d'exploitation, et sa direction impérialiste, qu'il  faut détruire. 

C’est un combat sans concession contre le Système. Ce n’est pas réformer le capitalisme, c’est le détruire ! Ce n’est pas débattre avec l’impérialisme, c’est le chasser !

 

POUR UN MONDE MULTIPOLAIRE

De plus, globalisation et « alter-mondialisme » représentent une même vision fondamentale du monde. Une vision américanisée, celle du « village mondial ». Un monde gris, uniformisé, triste, où les peuples et les cultures tendraient à se fondre rapidement dans un magma informe. Avec pour champs de vision la « fin de l’Histoire ».

Nous refusons cette vision d’un monde uniforme. Nous croyons en un monde multipolaire, respectueux des cultures et des peuples. Un monde où de grands ensembles politico-économiques unifiés – Europe, Afrique, Amérique Latine … - collaborent à préserver la paix, dans le respect de leurs différences.

C’est tout le sens du combat des Communautaristes européens du PCN.

 

Fabrice BEAUR & Luc MICHEL.

 

*****

ABONNEZ-VOUS AU QUOTIDIEN DU PCN !
Pour la recevoir gratuitement sur votre maile : lequotidiendupcn@yahoo.fr 

 

Retour à l'accueil