PCN-INFOS

Le réseau d'information téléphonique du PCN

 

PCN-Infos du 21 octobre 2003

 

CONSTRUCTION DU MUR DE L'APARTHEID ISRAELIEN :
LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE CONDAMNE
L'ETAT-VOYOU SIONISTE

 

Les Américains qualifient les états qui ont l’audace de leur résister d’ « Etats voyous ». Mais dans la réalité, les deux véritables états voyous sont les USA et leur complice israélien.

Cible récurrente de l’impérialisme, Moammar Kadhafi accusait fort justement les USA, suite à l’agression coloniale contre l’Irak, d’être un « Etat hooligan », « agissant contre la Communauté internationale, en violation de la charte des Nations Unies ».

L’allié sioniste de Washington n’est pas en reste et l’actualité nous montre à nouveau qu’Israël est bien un état voyou, mis au ban des Nations Unies.

 

LE MUR DE L’APARTHEID SIONISTE CONDAMNE
PAR L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’ONU

L'Assemblée générale des Nations unies a adopté ce 21 octobre une résolution de compromis élaborée par l'Union européenne exigeant qu'Israël "arrête et revienne" sur la construction du "mur" dans les territoires palestiniens occupés.

Le texte, fruit de longues tractations diplomatiques qui se sont achevées tard dans la nuit, a été acquis par 144 voix pour, 12 abstentions et quatre voix contre (Etats-Unis, Israël, Micronésie et îles Marshall). Les résolutions de l'Assemblée générale, à la différence de celle du Conseil de sécurité, n'ont pas force de loi mais représentent la volonté de la communauté internationale.

La réponse de l’entité sioniste révèle le mépris absolu dans lequel elle tient celle-ci. A quand un embargo contre Israël, comme en ont subi l’Irak ou la Libye, pour beaucoup moins que cela  ?

Israël continuera de construire sa "clôture de sécurité" (sic) en Cisjordanie, a immédiatement affirmé le ministre israélien du Commerce et de l'Industrie Ehud Olmert. "La clôture de sécurité continuera d'être construite", a-t-il affirmé à la radio publique israélienne, quelques heures après l'adoption de la résolution demandant à Israël de renoncer à ce projet et de détruire la partie de l'ouvrage déjà édifiée. L'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Dan Gillerman, avait déclaré après le vote que "l'adoption de cette résolution portait tort aux Nations unies et au processus de paix" (resic).

 

L’UNION EUROPEENNE EN POINTE
CONTRE LE COLONIALISME SIONISTE

Nasser al-Kidwa, le représentant palestinien, a pour sa part tout spécialement remercié "les Etats membres de l'Union européenne pour avoir soumis l'importante résolution qui vient juste d'être adoptée".

Ce texte a été présenté comme un compromis, en lieu et place de deux projets déposés lundi par le groupe arabe et le Mouvement des non alignés. Le premier condamnait et déclarait illégale la construction de la "ligne de sécurité" israélienne et le second demandait à la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye si Israël était dans "l'obligation légale" de le démanteler. Si elle ne constitue pas un précédent -l'Assemblée générale a déjà demandé 14 fois cette saisine- un nombre significatif de pays, notamment européens tenaient à éviter que la CIJ soit impliquée dans le conflit du Proche Orient.

La résolution "exige qu'Israël arrête et revienne sur la construction du mur dans le territoire palestinien occupé, y compris dans et autour de Jérusalem, qui dévie de la ligne d'armistice de 1949 et contredit les stipulations pertinentes de la loi internationale." Elle demande enfin à Israël "de ne prendre aucune action" telle que "expulser et attaquer des civils et se livrer à des exécutions extra-judiciaires", autre pratique habituelle, avec la torture (légalisée par la Cour constitutionnelle sioniste), des forces d’occupation sionistes.

 

L’ISOLEMENT INTERNATIONAL DES USA

L'adoption de cette résolution avec une aussi écrasante majorité représente également une cinglante défaite pour les Etats-Unis qui avaient, le 14 octobre dernier, mis leur veto en Conseil de sécurité à une résolution déclarant "illégale" la construction du mur. Elle révèle l’isolement international des USA et de leur complice sioniste.

Elle éclaire aussi le divorce entre l’Assemblée générale de l’ONU, qui représente réellement la Communauté internationale, et le Conseil de sécurité, aux mains des Américains ou paralysé par leur droit de veto anachronique, et qui transforme les Nations-Unies en instrument de la politique impérialiste yankee.

L'Autorité palestinienne avait dénoncé à cette occasion le veto américain au Conseil de sécurité de l'Onu à un projet de résolution condamnant la construction du Mur sioniste en Cisjordanie, y voyant légitimement un "feu vert" à Israël pour continuer l'édification de cet ouvrage. "Le gouvernement israélien va comprendre ce veto comme un feu vert pour poursuivre la construction du mur et des colonies", avait déclaré à l'AFP le négociateur palestinien en chef Saëb Erakat. "Les agissements israéliens, que ce soit la construction de murs et des colonies, les incursions, les expulsions ou les assassinats (...) méritent une condamnation et non un encouragement des Etats-Unis", avait-il ajouté.

Le projet de résolution, déposé le 14 octobre par la Syrie au nom du Groupe arabe, avait obtenu 10 voix sur les quinze membres du Conseil, une de plus que la majorité minimum requise. Mais il avait été immédiatement bloqué par le veto américain.

Le texte qualifiait la ligne de sécurité israélienne d'"illégale aux termes de la loi internationale" et demandait que sa construction soit "arrêtée".

C'était la 78ème fois que les Etats-Unis bloquaient le passage d'un projet de résolution condamnant Israël au Conseil de sécurité !!!

Israël s'était dit "satisfait" du veto américain.

 

ISRAEL OU LE MEPRIS PERMANENT DES LOIS INTERNATIONALES

Anticipant la réponse sioniste à la condamnation de la Communauté internationale, Le Premier ministre israélien Ariel Sharon avait annoncé ce 20 octobre devant le Parlement israélien que "la construction de la clôture va s'accélérer, notamment dans la région de Jérusalem". La "ligne de sécurité" doit s'étendre sur 430 km et englober 80% des quelque 231.000 colons de Cisjordanie, sans compter les quelque 200.000 Israéliens installés à Jérusalem-est occupée et annexée depuis 1967.

Il est à noter que l’installation de colons dans des territoires occupés sous administration militaire viole toutes les conventions internationales.

Après sa condamnation de l’Assemblée générale de l’ONU, l’entité sioniste persiste et signe ! « Israël continuera de construire la ligne de sécurité en Cisjordanie », a affirmé le ministre israélien du Commerce et de l'Industrie Ehud Olmert à la radio publique israélienne, quelques heures après l'adoption de la résolution demandant à Israël de renoncer à ce projet et de détruire la partie de l'ouvrage déjà édifiée. « Nous ne tiendrons pas compte de la majorité automatique à l'Onu qui nous est systématiquement hostile. Le monde entier est contre nous et les Etats-Unis, et je suis fier d'être aux côtés des Américains », a-t-il ajouté. « De toute façon, la résolution des Nations unies n'est pas contraignante » le faucon sioniste Olmert.

 

Luc MICHEL
(avec AFP, Reuters)

 

Sur le même sujet, lire :

PCN-Infos du 29 juillet 2003
L'ESCROQUERIE DE LA "FEUILLE DE ROUTE" ET AUTRES "PLANS DE PAIX" AMERICANO-SIONISTE :
LE PROJET SIONISTE S'OPPOSE A TOUTE PAIX DURABLE EN PALESTINE !

PCN-Infos du 22 juillet 2003
POUR EN FINIR AVEC LE MYTHE DE LA "DEMOCRATIE ISRAELIENNE" !

 

*****

ABONNEZ-VOUS A LA CAUSE DES PEUPLES !
La Tribune libre du combat contre l'impérialisme et l'exploitation !
- La Cause Des Peuples -

 

Retour à l'accueil