PCN-INFOS

Le réseau d'information téléphonique du PCN

 

PCN-Infos du 11 septembre 2003

 

DEUX ANS APRES "GROUND ZERO" :
HEIL BUSH ! AMERIKA UBER ALLES !
... JUSQU'AU PROCHAIN "STALINGRAD" !

 

Deux ans après le « 11 septembre », l’Amérique poursuit sa marche vers l’abîme. Il y a deux ans, au soir de « ground zero », nous étions parmi les rares en Occident néo-carthaginois à ne pas marquer de compassion.

Parce que nous savions que l’Occident américanisé n’a de compassion que pour ses morts. Parce que – exemple pris parmi des milliers - personne ne pleurait les 3.000 enfants martyrs d’Irak que l’embargo américano-occidental assassinait chaque mois depuis 1991 dans l’indifférence des biens pensants. Pas plus que personne n’avait pleuré les morts civils de Tripoli et Benghazi en 1986, frappés par les bombes et les missiles du raid terroriste de l’OTAN, sur ordre de Reagan et de Paul Bremer, l’actuel gauleiter de Bagdad.

Parce que les morts de « ground zero » ne sont pas nos morts ! Les nôtres tombent à Gaza ou à Tikrit dans les rangs des résistances palestiniennes et irakiennes. Ou encore dans les montagnes de Colombie et du Pérou ou sur les plateaux du Nepal. Nous portons leur deuil, comme nous portons celui de nos camarades nationaux-communistes russes tombés il y a 10 ans déjà devant Ostankino ou en défendant le Parlement de Moscou. Tous sont morts à cause des USA et de leurs complices et contre eux !

Et puisque nous en sommes aux anniversaire, parlons de l’autre « 11 septembre ». C’était en 1973, tout juste 30 ans, Pinochet prenait le pouvoir avec l’aide de la CIA et la bénédiction de Nixon et Kissinger, faux prix Nobel et véritable criminel de guerre. La suite : plusieurs dizaines de milliers de militants et de simples civils, assassinés, torturés, « disparus ». sans parler des dizaines de milliers de militants, patriotes, communistes, assassinés dans le cadre de l’ « Opération Condor », vaste programme d’élimination des ennemis de l’Ordre occidental, perpétré par les juntes chilienne et argentine. Avec l’aide et le soutien de la CIA. Et les conseils éclairés des spécialistes du MOSSAD. Tous ceux là sont aussi nos morts !

« Tous américains » écrivait LE MONDE. Certainement les invertébrés moraux des media et de la particratie prostituée à Washington. Pas nous, les patriotes européens ! Pas les patriotes qui partout dans le monde refusent de vivre à genoux sous l’ordre américain !

Nous étions bien peu au soir de « ground zero » à oser dire « Non » au terrorisme intellectuel occidental. Combien ce soir là, morts de trouille, ont présenté leurs « condoléances », ont renié le combat et le sacrifice de nos camarades qui sont tombés contre l’impérialisme yankee, à commencer par le CHE Guevara. Celui qui voulait couper la tête de l’impérialisme, à Washington. Combien ont remplacé la ligne idéologique par la vaseline ? A commencer par certains arrogants anarcho-maoistes …

Nous ne sommes pas de ceux qui croient aux thèses conspirationnistes. Nous ne pensons pas que Bush et les siens ont favorisé ou commandité « ground zero ». Mais nous affirmons qu’ils en ont honteusement profité. Comme pour Pétain en 1940, le « 11 septembre » a été pour les néo-conservateurs yankee une « divine surprise ». Cela ne veut pas dire pour autant que le Régime de Bush l’a perpétré. Pas plus que Pétain et les cagoulards n’ont organisé la défaite de la France en 1940.

La divine surprise du « 11 septembre » a été l’occasion pour les néo-conservateurs – curieuse alliance de l’extrême-droite yankee – antisémite – et des extrêmes-droites sionistes et israélienne – de déclencher ce qu’ils appellent eux-même la « Quatrième Guerre mondiale ». Pour la domination planétaire des USA, « pour un nouveau siècle américain » comme ils nomment leur projet impérialiste.

Et les USA ont repris leur course folle vers le néant, s’enfonçant dans les sables de Mésopotamie, où tant de conquérants orgueilleux, de généraux arrogants, se sont perdus.

On se souvient comment a fini la Seconde guerre mondiale, où les Nazis caressaient les mêmes rêves que le régime de Bush. « Aujourd’hui l’Allemagne, demain le monde » écrivait Hitler dans MEIN KAMPF. « Aujourd’hui Bagdad, demain le monde » écrit Bill Kristol, le chef de files des « neocons » dans le MEIN KAMPF du régime Bush qui a pour titre « NOTRE CHEMIN COMMENCE A BAGDAD ». Personne ici n’a vu – ou voulu relever – l’identité des propos.

Heil Bush ! America über alles ! Nous avons déjà entendu résonner cela. Le rêve s’est brisé. Devant Moscou, puis à Stalingrad. Et il s’est achevé dans les ruines fumantes de Berlin, où la glorieuse Armée rouge plantait le drapeau du Maréchal Staline sur le Reichstag.

Le rêve néo-conservateur connaîtra le même sort. A commencer en Irak, où Bush a vendu la peau de l’ours ba’athiste avant de l’avoir tué ! Déjà la marche en avant, qui devait conduire à Damas, s’est enlisée sous les coups de l’héroïque résistance irakienne. Sans parler de l’Afghanistan où les Talibans reprennent l’offensive.

Car malgré les communiqués triomphants du Pentagone et les mediamensonges de la presse aux ordres, les USA n’ont pas plus défait les Talibans que les Ba’athistes irakiens. Dans une guerre asymétrique, les uns et les autres se sont retirés et ont choisi la guerre des peuples pauvres : la Guerilla. Cette Guerilla qui avait déjà mis en Espagne – où elle a connu sa première manifestation – un coup d’arrêt aux rêves de Napoléon. Au Pentagone on devrait méditer le sort de la Grande Armée dans les sierras espagnoles.

Car la vérité est que depuis 1945, malgré leur écrasante supériorité matérielle, les USA n’ont gagné aucune guerre chaude. Pas plus en Corée – où 50 ans après l’armistice, la Corée du Nord nationale-communiste défie toujours Washington – qu’au Vietnam. Où le Pentagone a connu une humiliante défaite face à une armée de paysans-soldats. Pas plus en Afghanistan qu’en Irak. Même pas en Serbie – ou nos camardes du SPS, le parti de Slobodan Milosevic, et de la JUL, la Gauche Unie Yougoslave, viennent de reprendre aux élections la mairie de Pozarevac, la ville natale du Président yougoslave. Tout un symbole en cet anniversaire.

L’effondrement de l’Union soviétique, qui a perdu la Guerre froide sur le terrain économique et sur le terrain idéologique en raison de trahisons internes, et non militairement, a fait illusion pendant 10 ans. Déjà un autre Bush, le père, proclamait son « Nouvel Ordre Mondial ». Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?

Le « 11 septembre » est un tournant. Et une cassure. Celle qui sépare chaque jour davantage les USA des peuples du monde. A commencer par l’Europe, la plus riche des colonies yankee, le « deuxième poumon » de la Thalassocratie américaine, où deux phénomènes convergents, la montée de l’anti-américanisme populaire et la naissance de la Conscience européenne chez les élites, annoncent la défaite finale de l’Impérialisme yankee.

L’Histoire nous donne raison. Dès les Années 60, nous, Communautaristes européens, annoncions que l’anti-américanisme serait l’anti-impérialisme du monde moderne. Nous ajoutions que Washington, la nouvelle Carthage, serait défaite lorsque l’Europe rejetterait le joug colonial américain et lierait son combat à celui des masses arabes. Nous ajoutions qu’il fallait briser à jamais l’orgueilleuse puissance yankee pour assurer la paix universelle.

L’Histoire est en marche. Elle n’est pas finie comme l’ont cru les idéologues du Pentagone. « Ground zero » n’est pas une fin. C’est un avertissement. On ne l’a pas entendu à Washington. L’histoire est sans pitié pour les autistes …

America delenda est !

 

Luc MICHEL

 *****

A LIRE AUSSI :

PCN-Infos du 11 septembre 2002
LES LECONS DU "11 SEPTEMBRE" : DESIGNER L'ENNEMI AMERICAIN !

PCN-Infos du 24 septembre 2001
POLICIERS, BARBOUZES ET FLICS DE LA PENSEE MOBILISES POUR DEFENDRE L'OCCIDENT YANKEE
CONTRE L'"ENNEMI INTERIEUR" : L'ANTI-AMERICANISME EST-IL UN DELIT ?

Dossier
APRES LES ATTAQUES ANTI-IMPERIALISTES CONTRE WASHINGTON ET NEW-YORK :
QUE PENSER ? QUE CROIRE ? QUE FAIRE ?

Réformisme ou Révolution :
QUEL ANTI-AMÉRICANISME APRÈS LES ATTAQUES ANTI-IMPÉRIALISTES CONTRE WASHINGTON ET NEW-YORK ?
Message à nos amis et à nos détracteurs.

PCN-Infos du 12 septembre 2001
MINSK, NEW-YORK, WASHINGTON :
TROIS BATAILLES PERDUES POUR L'IMPERIALISME YANKEE EN 48 HEURES

 

ABONNEZ-VOUS A LA CAUSE DES PEUPLES !
La Tribune libre du combat contre l'impérialisme et l'exploitation !
- La Cause Des Peuples -

 

Retour à l'accueil