PCN-INFOS

Le réseau d'information téléphonique du PCN

 

PCN-Infos du 11 mars 2003

 

CONTRE L'OTAN ET POUR L'ARME NUCLEAIRE EUROPEENNE :
L'EUROPE DOIT SE LIBERER DE L'OCCUPATION YANKEE !

 

La crise irakienne a révélé des tensions au sein de l’OTAN, dont l’antagonisme avec les intérêts européens apparaît chaque jour davantage au grand jour. Quatre décennies après de Gaulle, rien n’a changé.

L’actualité c’est aussi le défi lancé par la Corée nationale-communiste à l’ordre impérialiste. La République populaire de Corée rappelle avec force aux peuples du monde que l’indépendance passe par l’Arme nucléaire. La différence de traitement entre la RPDC, que Washington doit ménager, et l’Irak, désarmé, que les Etats-Unis écrasent, réside toute entière dans la dissuasion du faible au fort que PyongYang oppose à l’arrogance yankee. Là aussi, quatre décennies après de Gaulle, s’illustrent les thèses du Général.

 

PAS D’INDEPENDANCE EUROPEENNE
SANS ARME NUCLEAIRE EUROPENNE !

L'Indépendance politique réelle n'existe pas sans force capable de la faire respecter. Les USA, la Chine, la Russie, même amoindrie au rang de puissance régionale, ont une politique toute entière basée sur leur armement atomique et leur statut de puissance nucléaire. Les autres, Inde, Pakistan, Corée du Nord, etc., font tout pour y accéder officiellement. Sans parler des puissances régionales qui font déjà parie du "Club nucléaire", comme Israël.

Toute la politique des USA, comme viennent de le rappeler les crises irakienne et coréenne, vise, elle, à empêcher cette accession au statut de puissance nucléaire à ses ennemis : Corée du Nord, Irak ...

Pour être réellement indépendante, l'Europe doit être en mesure de se faire respecter, au même titre que les USA, la Russie ou la Chine. Ou que des puissances régionales qu'elle écrase de sa capacité industrielle, économique et financière. L'Europe doit donc avoir sa force atomique propre. L'indépendance est, pour les Européens, la seule garantie véritable de progrès, de développement, de bien-être, de sécurité, à long terme.

 

AVEC L’OTAN, LES EUROPEENS FINANCENT
L’ARMEE D’OCCUPATION YANKEE EN EUROPE !

Il est absurde de dire que l'armement atomique coûterait trop cher; d'abord parce que les moyens de l'Europe sont aussi importants que ceux des autres puissances, ensuite et surtout parce qu'à brève échéance, le fait de n'avoir pas eu les moyens de nous faire respecter nous coûterait plus cher – et définitivement alors – que les dépenses d'un armement atomique. D'ailleurs, les puissances européennes contribuent, dans une immense mesure, aux ressources financières de l'OTAN.

Le paradoxe humiliant est donc que c'est avec notre argent que nous procurons aux Etats-Unis une super-armée, l'OTAN, où nous sommes ravalés au stade d'infanterie coloniale. Ce que nous payons à l'OTAN est en réalité ce que nous payons à l'Armée américaine d'occupation en Europe et en Méditerranée.

 

ACCEPTER L’OTAN, C’EST ACCEPTER
L’OCCUPATION ET LA COLONISATION DE L’EUROPE !

Faire confiance aux USA pour notre défense est une position insoutenable en principe, dangereuse en fait, pour les vrais Européens. Insoutenable en principe car cela équivaut à entériner l'occupation et la colonisation de l'Europe.

Et conduit directement à nous éloigner de la Russie, notre nation sœur, cette seconde Europe qui nous offre la Sibérie, et du Monde arabe et africain, où l'on conteste chaque jour davantage le néocolonialisme yankee dissimulé derrière le « Nouvel Ordre Mondial » et la « guerre contre le terrorisme ». Les USA étant les défenseurs de l'Occident seulement, leur zone d'influence.

L'OTAN telle qu'elle est organisée est totalement aux mains des Américains. On ne peut donc parler d'alliés puisque les rapports qui existent à l'OTAN entre les USA et les pays européens membres sont ceux de maître à sujets. L'Europe doit donc quitter l'OTAN et former sa propre organisation de défense et, cela étant, négocier les alliances qui serviront ses seuls intérêts.

Qui sont totalement contradictoires – géopolitiquement, culturellement, économiquement, financièrement – avec ceux des néo-carthaginois de Washington et Wall Street.

 

POUR EN FINIR AVEC LA SUPERPUISSANCE YANKEE,
IL FAUT BRISER L’OTAN !

Depuis la fin de la Guerre froide, les Etats-Unis se définissent eux-mêmes comme la « suprême superpuissance ». Les prétentions américaines à la domination mondiale exposées dès 1943, notamment par James BURNHAM dans « The Struggle for the World » sont devenues une réalité omniprésente.

Dès mars 1992, le Pentagone publiait, en liaison avec le « Conseil national de sécurité », la plus haute instance de politique internationale yankee, un "Rapport Wolfowitz" qui explique cyniquement comment les USA entendent rester la seule superpuissance... « La politique étrangère américaine doit se donner pour but de convaincre d'éventuels rivaux qu'ils n'ont pas besoin de jouer un plus grand rôle. Notre statut de superpuissance unique doit être perpétué par un comportement constructif et une force militaire suffisante pour dissuader n'importe quelle nation ou groupe de nations de défier la suprématie des Etats-Unis. Ceux-ci doivent tenir compte avec intérêt des nations industrielles avancées pour les décourager de défier le leadership américain ou de chercher à mettre en cause l'ordre économique et politique établi. Une puissance militaire dominante doit être maintenue pour dissuader d'éventuels rivaux ne serait-ce que d'aspirer à un rôle régional ou global plus grand. L'ordre international est en définitif garanti par les Etats-Unis et ceux-ci doivent se mettre en situation d'agir indépendamment quand une action collective ne peut être mise sur pied. ».

Le Rapport visait directement l’Europe, ce « groupe de nations » : « Nous devons agir en vue d'empêcher l'émergence d'un système de sécurité exclusivement européen qui pourrait déstabiliser l'Otan ». Le Japon est aussi visé : « En Extrême-Orient, il faut rester attentif aux risques de déstabilisation qui viendraient d'un rôle accru de nos alliés, en particulier du Japon ».

 

LES « ALLIES » OFFICIELS DU PENTAGONE SONT-ILS
LES ENNEMIS REELS ET OBJECTIFS DE WASHINGTON ?

Paul-Marie de La Gorce commentait le Rapport Wolfowitz dans « Le Monde Diplomatique »: « Le rapport Wolfowitz se signale par l'insistance qu'il met à privilégier la puissance militaire comme instrument essentiel de la prépondérance internationale des Etats-Unis qu'il s'agit de préserver. Le souci fondamental de préserver le statut de superpuissance unique des Etats-Unis ne vaut pas seulement pour leurs anciens adversaires, mais aussi pour leurs alliés. De façon très symptomatique, le rapport qualifie de victoire "moins visible", remportée au terme de la guerre froide, "l'intégration de l'Allemagne et du Japon dans un système de sécurité collective dirigé par les Etats-Unis". Il exclut naturellement l'accession des deux pays au rang de puissance nucléaire militaire ».

 

L’OTAN n’est pas une alliance, c’est un harnais destiné à perpétuer l’occupation de l’Europe. Les politiciens européens qui s’y soumettent sont des traîtres, les nouveaux Kollabos.

Face à l’impérialisme de la superpuissance yankee, une seule solution : Libération et unification de la Nation européenne, de Reykjavik à Vladivostok et du Groenland au Sahara !

Il y a 30 ans le Vietnam nous a montré l’exemple. Un milliard d’européens politiques peuvent-ils moins que 25 millions de Vietnamiens ?

 

Luc MICHEL

 

Retour à l'accueil