PCN-INFOS

Le réseau d'information téléphonique du PCN

 

PCN-Infos du 15 octobre 2001

LE PCF ROULE POUR BUSH !

Le 11 septembre, au-delà de l’action armée spectaculaire contre les tours du World Trade Center et du Pentagone, est une date importante pour la Cause des Peuples. Les faux-semblants, les pseudo-révolutionnaires de tous bords se dévoilent. Les camps se redessinent : le camps impérialiste d’un côté et le camps des forces révolutionnaires de l’autre. Il n’y a pas, li n’y a plus de neutralité possible.

Nous commençons donc notre série cette semaine avec un appel du PCF à renverser Saddam Hussein ? Une contribution commune du Courant National-Bolchévique et du Courant Léniniste Européen du PCN.

Le PCF roule pour Bush !

Il ne fait pas bon, aujourd'hui, être communiste au PCF. C'est en tout cas ce que doivent se dire en ce moment les militants marxistes-léninistes sincères qui se fourvoient chaque jour un peu plus dans une organisation révisionniste dont les dirigeants n'en finissent pas de liquider l’héritage du communisme français. La discipline interne, le monopole du parti sur la contestation anti-capitaliste et anti-impérialiste, et tout ce qui faisait autrefois la force du PCF s'est transformé aujourd'hui en arme contre ceux qui refusent encore l'hégémonie occidentale et le néo-colonialisme américain. Pendant des années, le PCF s'est présenté comme la seule organisation de masse légitime dans le combat contre l'expansionnisme impérialiste des forces capitalistes. Et cette légitimité n'était pas usurpée. Du moins jusqu'à ce que ses dirigeants successifs ne finissent par renier le marxisme et adoptent une honteuse ligne social-démocrate.

Pourtant, malgré la trahison du PCF, les militants communistes sincères continuent à croire en lui, considérant sans doute qu'il n'existe pas en dehors de ce parti une alternative radicale susceptible de reprendre le flambeau de la révolution socialiste. Lorsqu'une organisation comme le PCF trahit la lutte pour la liberté des peuples, le drame est que ses militants, pourtant honnêtes et profondément progressistes, continuent à respecter la discipline qui a fait son succès, et continuent à nier l'existence de mouvements plus radicaux et plus révolutionnaires. Ce qui rendait le PCF autrefois si fort dans le combat prolétarien et anti-capitaliste est aujourd'hui ce qui lui permet de conserver ses militants malgré son virage révisionniste et réformiste. Et on les comprend un peu, ces militants : Comment, après des décennies passées à servir le parti, accepter de reconnaître qu'il a fini par renier tout ce pourquoi l'on combattait en son sein ?

Pourtant, depuis le 11 septembre, la révolte gronde dans les rangs du parti. Et la dernière fête de l'Humanité a révélé au grand jour la cassure qui sépare dorénavant les dirigeants sociaux-démocrates inféodés au nouvel ordre mondial et les militants de base qui croient encore en la Révolution. La minute de silence qui devait rendre hommage aux victimes de la riposte des peuples oppressés contre les symboles de la domination américaine, a tourné court. Le concert de sifflets a prouvé que la lucidité progressiste des militants n'avait pas été liquidée au PCF en même temps que la conscience révolutionnaire de son bureau politique. Cela n'empêcha nullement Roland Castro de déclarer : « Je comprends la perplexité de certains militants qui restent animés par des réflexes du passé mais ceux qui croient que les fous de dieu sont les bons se trompent. Moi, je n'ai pas d'états d'âme. Notre parti est encore fragile, nous sommes toujours dans une phase de transition. Le communisme reste une belle idée mais il va falloir du temps pour opérer un changement dans les mentalités. »

Fustiger les militants communistes sincères d'être animés par des réflexes passéistes parce qu'ils croient encore à la réalité de ce qui n'est plus qu'une belle utopie ! Voilà où en est réduit aujourd'hui le Parti dit « Communiste » Français ! Dans les allées de la Fête de l'Humanité, c'est un autre son de cloche que celui, pathétique, de Roland Castro, que l'on entend : un militant refuse de participer à la quête organisée pour les victimes du 11 septembre, « les Etats-Unis ne sont pas pauvres  », dit-il. Un autre, au sujet de la minute de silence : « Avons-nous fait la même chose pour les 600.000 Irakiens qui ont péri lors de la guerre contre l'Iran ou les 300.000 Japonais anéantis à Hiroshima ou à Nagasaki ? » Ailleurs, des applaudissements fusent. Quelqu'un vient de rappeler que le 11 septembre est surtout la date anniversaire de la mort du président chilien Allende, « suicidé » par le général Pinochet qui allait, avec le soutien des Etats-Unis, entamer alors sa dictature sanglante.

Mais face à ces réactions unanimes, le pire restait à venir de la part des faux communistes. Une action lancée en faveur du peuple irakien allait tourner à la mascarade pro-impérialiste la plus ignoble. Dans cet « appel », une poignée de réactionnaires sociaux-démocrates, au lieu de saluer le courage du président Saddam Hussein pour sa réaction lucide aux attaques du 11 septembre, reprenait à son compte la rhétorique américaine en dénonçant « la politique de terreur et de négation des libertés et droits  politiques démocratiques les plus élémentaires que poursuit le régime de Saddam Hussein en Irak  » et en renouvelant sa « solidarité avec l’opposition démocratique et progressiste irakienne contre la dictature. » Voici comment le gouvernement de Bush et ses vassaux européens, au premier rang desquels les dirigeants du PCF concernés, comptent instrumentaliser odieusement la destruction du World Trade Center et du Pentagone ! En profitant de l'émoi diffusé par CNN pour s'attaquer en toute impunité à l'un des derniers chefs d'Etat anti-impérialistes !

Alors même que l'embargo occidental parachève en Irak son génocide, des voix se font entendre au PCF pour que l'opposition irakienne au président progressiste Saddam Hussein soit aidée et soutenue ! Cette même opposition qui, comme l'opposition afghane aux talibans, est constituée d'un ramassis de réactionnaires royalistes et de mercenaires subventionnées par la CIA ! Voici donc l'heure de gloire du PCF. Le grand soir contre-révolutionnaire est arrivé. Groupez-vous, Robert Hue et Roland Castro, l'Internationale impérialiste sera votre genre humain ! Il ne reste rien de ce parti qui n'ait été trahi, renié, piétiné dans la boue révisionniste par l'arrivisme de ses dirigeants au mépris des idéaux qu'ils étaient supposés incarner. Pour un ministère, ils se sont tous vendus. Ils ont détruit la raison même qui justifiait l'existence du PCF, né de la scission avec les sociaux-démocrates en 1920. Et il est temps pour eux maintenant de devenir le premier instrument de la domination impérialiste.

Oui, le premier instrument, et le plus dangereux pour notre cause. Car quel autre parti politique européen peut se vanter de détourner ainsi des militants révolutionnaires pour les faire adhérer à une organisation contre-révolutionnaire ? Quel autre parti parvient ainsi à regrouper en son sein une base progressiste aussi large tandis que ses dirigeants adoptent une ligne réformiste et révisionniste ? Nous sommes là dans une situation unique dans l'histoire du communisme : Après avoir renié le marxisme-léninisme, les partisans de Hue ont réussi à maintenir l'illusion du monopole de leur organisation sur la contestation progressiste. Ils ont réussi à conserver leurs militants à l'aide de bricolages idéologiques et rhétoriques hasardeux, alors même qu'ils n'hésitent pas à traiter leur base de « passéiste » ! Mas on ne peut pas indéfiniment mépriser ainsi ses propres militants. Et la fête de l'Humanité a démontré que la rupture, si elle sera lente à venir, est déjà amorcée.

Nous devons prouver aux militants sincères qui s'apprêtent à quitter le PCF que leur combat n'est pas vain, et que la trahison de leur parti doit être un nouveau départ. Il faut qu'ils acceptent de reconstruire avec nous une nouvelle épopée révolutionnaire qui ne s'enlisera pas dans le bourbier social-démocrate !

Et la recomposition politique militante qui s’annonce vient de commencer avec le ralliement des premiers communistes ex-PCF au Front anti-impérialiste du PCN. Mais de cela nous vous en reparlerons prochainement.

Alors,

Contre les communistes de Washington et les amis révisionnistes de Bush !

Pour une nouvelle alternative anticapitaliste et anti-impérialiste !

 

Retour à l'accueil