PCN-INFOS

Le réseau d'information téléphonique du PCN

 

PCN-Infos du 12 septembre 2001

MINSK, NEW-YORK, WASHINGTON :
TROIS BATAILLES PERDUES POUR L'IMPERIALISME YANKEE
EN 48 HEURES

Les USA viennent de connaître un nouveau Pearl-Harbour au cœur même des grandes métropoles impérialistes. TRENTE ANS APRES "SEPTEMBRE NOIR", ENFIN UN SEPTEMBRE ROUGE !

Le PCN salue le courage indomptable des héros et des martyrs qui viennent de frapper au cœur l'impérialiste américano-sioniste : Wall-Street symbole du capitalisme oppresseur, le Pentagone centre de l'agression militariste yanquee et le State Department, cerveau de la pieuvre impérialiste.

Depuis des décennies, les USA agressent le monde. Aujourd'hui l'arrogante Amérique sait que l'on peut frapper au cœur même de ses métropoles. Les morts de Dresde et de Hambourg, de Hiroshima et de Nagasaki, de Bagdad et de Belgrade, sont enfin vengés.

Les théoriciens du Pentagone, les Fukujama et les Brzezenski, parlent du XXIème siècle comme celui de la domination planétaire américaine. Le peuple américain sait maintenant qu'il sera celui de sa destruction. Carthago delenda !

Et les peuples en lutte ne s'y trompent pas. Derrière les condamnations de façade, c'est la liesse partout où l'impérialisme a frappé : dans la Nation arabe, à Tripoli et à Bagdad, à Belgrade, à Pale et à Skopje, mais aussi dans les quartiers populaires de Bruxelles. C'est la liesse partout où il menace : à Moscou, à Minsk ou à Pékin. Et cette joie légitime est partagée par les militants anti-impérialistes partout en Europe et dans le monde. L'espoir a changé de camps.

Le PCN dénonce l'hypocrisie des medias occidentaux qui parlent de "terrorisme" alors que c'est la guerre : la guerre que Washington fait au monde, la guerre que le Sionisme mène contre le peuple palestinien.

Il y a tout juste deux ans, les missiles des USA et de leurs valets européens de l'OTAN frappaient le building de nos camarades du SPS à Belgrade : "juste punition de Milosevic" disaient les mêmes journalistes qui parlent aujourd'hui de terrorisme. JUSTE PUNITION DE L'IMPERIALISME AUJOURD'HUI, répondons nous !

Le PCN déplore les victimes innocentes mais c'est la guerre : chaque jour à Gaza et en Cisjordanie, à Bagdad ou à Bassora, à Skopje et ailleurs, la guerre impérialiste tue des femmes et des enfants. Le responsable de ces morts ne sont pas les combattants de la liberté mais Washington, Tel-Aviv et l'OTAN !

L'actualité, c'est aussi la défaite du parti américain en Biélorussie et la très belle victoire électorale du président Lukashenko à la présidentielle de ce dimanche dernier.

La stratégie américaine en Europe de l'Est vise à isoler la Russie, comme Zbigniew Brezenzski l'expose dans son "Grand échiquier". Après la Yougoslavie de Milosevic, le Belarus du Président Lukashenko est le prochain objectif du State Department.

Comme Milosevic hier, Lukashenko a le double tord d'être un patriote qui défend son pays face à l'impérialisme et un socialiste qui défend les acquis de justice sociale et d'égalité face à la colonisation de l'Europe orientale par le capitalisme international. Moteur de l'Union Slave entre la Russie et le Belarus, Lukashenko est aussi à ce titre une cible prioritaire de Washington et de l'OTAN qui ne veulent pas d'une reconstruction politique impériale à l'Est.

Comme en Yougoslavie hier, l'impérialisme américain et ses valets européens déversent des millions de dollars pour financer une opposition fantoche, au travers de plus de 300 pseudo ONG. Les media occidentaux, eux, organisent une campagne agressive de désinformation et de diffamation qui vise à isoler le président Lukashenko, que soutient une large majorité des ouvriers et des paysans du Bélarus, et qui, rappelons-le a gagné toutes les élections depuis 1994. Les élections présidentielles qui ont eu lieu ce week-end au Belarus ont représenté le paroxysme de cette campagne de déstabilisation.

Dans l'ombre, comme hier à Belgrade, les services spéciaux de l'OTAN préparaient un coup de force, sous le nom d'opération “White Stork”. L'ambassadeur yankee à Minsk, dont le rappel est exigé, évoque lui ouvertement le spectre d'une nouvelle Contra comme au Nicaragua jadis.

Mais le président Lukashenko, que les masses populaires du Bélarus appellent affectueusement "papa", a pris les mesures qui s'imposaient pour préserver l'ordre constitutionnel contre les factieux financés par l'OTAN. Et le peuple en le réélisant triomphalement a choisi la voie du patriotisme, de la justice sociale et de la dignité.

Mais si une bataille a été gagnée, la guerre continue. Il faut stopper l'OTAN dans sa marche vers Minsk !

Forts de l'expérience yougoslave, des militants progressistes européens ont décidé de fonder le "Comité international SOLIDARITE-LUKASHENKO" (LUKASHENKO-SOLIDARITY international Committee), CISL-LSIC,  qui a tenu son assemblée constitutive ce 6 septembre à Bruxelles.

Le but du comité, qui  dispose déjà de sections en Belgique, France, Suisse et Italie, est de soutenir l'action du Président Lukashenko, au Belarus et dans le monde slave, de faire connaître ses réalisations, de mener une campagne permanente d'information afin de rétablir la vérité face aux mensonges de la propagande occidentale. Le Comité soutient également les initiatives du Président Lukashenko en faveur de la Construction et de l'élargissement de l'Union slave.

Retour à l'accueil