PCN-INFOS

Le réseau d'information téléphonique du PCN

 

PCN-Infos du 03 juillet 2001

NOUS SOMMES TOUS DES MILOSEVIC !

Les Kollabos pro-américains qui gouvernent la Yougoslavie et la Serbie depuis le coup d'état rampant du 5 octobre dernier viennent de jeter définitivement le masque.

Ils viennent d'extrader le président Milosevic vers le soi-disant "Tribunal pénal international", créé et financé par l'OTAN, qui exerce une parodie de justice principalement contre les Serbes (A quand l'inculpation des criminels de guerre de l'OTAN, de l'UCK ou de l'Armée croate ?).

Ils ont échangé Milosevic contre une grosse poignée de dollars, comme ils l'avaient déjà arrêté en avril dernier pour les mêmes motifs. Trente deniers de Judas pour les traîtres serbes : de quoi tenter de survivre face au mécontentement populaire qui gronde devant la dégradation rapide de la situation économique et les promesses non tenues.

Les quislings de la DOS ont pour cela  montré le mépris le plus total des institutions yougoslaves.

La DOS a violé la constitution qui interdit l'extradition des nationaux yougoslaves en adoptant un décret anticonstitutionnel.

La DOS a violé le droit en transgressant la décision de la Cour constitutionnelle suprême yougoslave qui venait de suspendre le dit décret.

La DOS a violé les garanties formelles du droit yougoslave et international qui ouvre des voies obligatoires de recours et d'appel à toute personne menacée d'extradition (procédures légalement engagées par Milosevic).

La DOS a violé les règles démocratiques qui confient au parlement, où les Kollabos de la DOS sont minoritaires, le vote des modifications constitutionnelles.

La DOS a violé les règles de fonctionnement de toute majorité gouvernementale en adoptant le décret contre l'avis de leur partenaire monténégrin, le SNP, opposé à la violation de la constitution yougoslave perpétrée par la DOS.

La Yougoslavie n'est plus un état de droit.

C'est une république bananière gouvernée par une junte vendue à l'impérialisme et au néocolonialisme de l'OTAN et des USA. Et le président Kostunica est un judas qui a vendu son honneur.

Milosevic n'a pas été extradé mais enlevé et livré illégalement au TPY, organe de répression de l'OTAN.

Aujourd'hui, le président Milosevic est le premier des résistants au Nouvel Ordre Mondial et à la dictature de l'OTAN. Aujourd'hui, tous les hommes libres doivent se mobiliser pour défendre l'ancien président yougoslave : NOUS SOMMES TOUS DES MILOSEVIC !

Pour le président Milosevic, une nouvelle bataille commence contre l'OTAN et ses valets. Prisonnier politique, il entend mener un procès politique, qui sera celui du "Nouvel Ordre Mondial" et de ses crimes, bien réels ceux-là. Milosevic, qui ne reconnaît pas l'inique TPY, ne se fait pas d'illusions. Il sera condamné. Mais il sait comme nous tous que notre cause est grande aussi par le sacrifice de ses martyrs, au premier rang desquels marchent le flamboyant CHE Guevara et l'admirable Stauffenberg.

Le soi-disant TPY peut condamner Milosevic, et il ne s'en privera pas. Mais le TPY ne peut le juger. Car il ne représente aucune légitimité. Le TPY représente uniquement la légalité de la puissance occupante en Europe : l'impérialisme américain. Une légalité imposée depuis 1945 par la force des armes, celles de l'OTAN, outil de vassalisation politico-militaire de l'Europe, et par la corruption du Dollar. Cette corruption pour laquelle Kostunica a vendu son honneur. La légitimité appartient aux résistants qui luttent contre l'occupation yankee, ses Kollabos et ses Quislings. Et Slobodan Milosevic, premier des résistants au Nouvel Ordre Mondial, incarne aujourd'hui cette légitimité. La prison du TPY à La Haye est celle où les nazis emprisonnaient les résistants entre 1941 et 1945. Tout un symbole !

La légalité néo-coloniale yankee passera, comme passent toutes les occupations. Les Armées nazies sont allées jusqu'à Moscou, Stalingrad et Belgrade. Les patriotes vietnamiens se sont battus 50 ans pour libérer et unifier leur patrie. Le jour viendra aussi où les patriotes européens chasseront l'occupant américain.

L'affaire Milosevic nous enseigne aussi qu'il n'y a pas de "troisième voie" possible. Ceux qui ont cru pouvoir faire confiance à Kostunica, "nationaliste honnête" (sic) et "homme de principes" (resic) et trouver avec lui une alternative sont les cocus de l'histoire. Il n'y a pas de troisième voie. Parce qu'il n'y a aujourd'hui que deux camps. Celui de l'impérialisme, du néo-colonialisme et de l'exploitation dont Washington est la capitale et Wall Street le cœur. Et celui des résistants au Nouvel Ordre Mondial, d'où qu'ils viennent. Parce que dans le long combat que nous menons pour la liberté et la dignité, tous ont leur place.

Et là aussi la leçon vient de Belgrade. Où le coup d'état rampant des quislings de la DOS n'a pas seulement été favorisé par les dollars yankee mais aussi par la rupture de la coalition "rouge-noire" entre socialistes, néo-communistes et nationalistes qui gouvernait. Aujourd'hui l'unité se refait dans la rue. Elle nous montre la voie.

L'heure est à la mobilisation. Milosevic va se battre. Nous devons le soutenir. Le PCN-NCP appelle donc tous les hommes libres, tous ceux qui refusent l'esclavage du dollar et la décadence de l'anti-civilisation yankee, à construire le Front uni de soutien au Président Milosevic !

Au début du mois de mai a été créé le "International Committee to Defend Slobodan Milosevic" (ICDSM), qui diffuse une pétition internationale largement soutenue et qui a déjà recueilli plusieurs centaines de milliers de signatures, dont celle de 92 députés (sur 130) de la Chambre haute (conseil de la Fédération) du Parlement russe.

L'ICDSM a reçu l'adhésion de nombreuses personnalités internationales, notamment Ramsey Clark (ancien procureur général des USA), Harold Pinter, ou encore Guenady Ziouganov, le président du PCFR. Il est présidé par le  Professor Velko Vlkanov,  Député au Parlement de Sofia et Président de l'"Union Antifasciste Bulgare".

Le 21 mai dernier a été lancée à Bruxelles la section francophone (Belgique – France – Suisse romande – Québec) de l'ICDSM : le "Comité International pour la Défense de Slobodan Milosevic", qui diffuse la version française de la pétition et vient d'ouvrir son site sur Internet (http://liberezmilosevic.free.fr avec des articles en Français, mais aussi en Anglais, Serbe et Italien).

 

Retour à l'accueil