PCN-INFOS

Le réseau d'information téléphonique du PCN

 

PCN-Infos du 3 mai 2001

Interdiction des licenciements et nationalisation sans indemnité ni rachat des entreprises qui REFUSENT de se soumettre  !

« L’économie mondiale se trouve dans une phase critique en raison du ralentissement prononcé constaté aux USA ».

Ce n’est pas nous qui le disons, c’est Horst Koehler, directeur-général du FMI… Les restructurations colossales, les dizaines de milliers de suppression d’emplois brusquement annoncées aux Etats-Unis, puis, par voie de conséquence, dans le monde entier, indiquent pour lui que « la décélération de l’économie américaine est plus forte et plus rapide que la majorité des gens ne l’anticipaient. Il n’y a pas de région dans le monde qui puisse véritablement compenser ».

Quand Daimler-Chrysler annonce 26.000 suppressions d’emplois, Motorola 22.000, Nortel Network 20.000, Lucent Technologie 16.000, Ericsson 15.300, Delphi 11.500, etc… ce n’est pas un « ajustement de la nouvelle économie », c’est l’effondrement de pans entiers de l’économie tout simplement.

Il faut appeler les choses par leur nom et qualifier de menteurs ceux qui, comme Jospin, Fabius et quelques autres, ont eu le front de déclarer, il y a quelques jours, que le « ralentissement américain ne touchait pas l’Europe ».

Quand le sort de dizaines de milliers de familles ouvrières bascule, quand, pour elles, la précarité devient le seul horizon, il faut autre chose, que le « ni laisser faire, ni interdire » ou le « renforcer les droits des salariés… sans pénaliser les entreprises ».

Assez de bavardages ! Interdiction des licenciements et nationalisation sans indemnité ni rachat des entreprises qui refuseraient de se soumettre à cette interdiction !

Voilà ce qu’exigent aujourd’hui des milliers de travailleurs, voilà ce qu’ils exigeront avec encore plus de force demain, car il n’existe pas d’autre voie. Le réformisme social-démocrate, c’est le marchand de sable capitaliste. Il faut des actes de rupture avec le Système.

Voilà la cause pour laquelle le PCN appelle de toutes ses forces l’organisation d’une force politique réellement révolutionnaire. C’est le centre de notre intervention politique.

Et le PCN ne manquera pas d’être présent dans les débats de la recomposition politique qui s’amorce avec le déclin et la crise du PCF.

Nous déclarerons que l’espoir est de retour, qu’il faut faire fi des oppositions et erreurs du passé, que le programme de Libération nationale et sociale du Parti Communautaire National-européen, le PCN-NCP, est la synthèse tant attendue pour un renouveau révolutionnaire en France et en Europe.

 

Retour à l'accueil